Betteraves: le prix de l’arrachage

Cultures

Automotrices et intégrales, deux conceptions différentes

28/07/2016 - 09:10

Les arracheuses en cuma reviennent à 135 euros par hectare, pour 286 hectares récoltés. Des moyennes qui cachent des différences importantes.

Partagez cet article: Betteraves: le prix de l’arrachage

Les arracheuses de betteraves en cuma se répartissent entre automotrices et intégrales, les premières représentant les trois quarts de l’échantillon étudié ici. Le prix de revient moyen s’élève à 135 €/ha, pour 286 ha/an. Compte tenu de la diversité des machines prises en compte, des écarts importants apparaissent. La moitié coûte en effet moins de 91 ou au contraire plus de 169 €/ha. A cela plusieurs explications. D’abord le prix d’achat, de 170 000 € en moyenne, avec des automotrices d’occasion à 60 000 comme des intégrales à plus de 400 000 €. Sur les trois dernières années, le montant de l’investissement constaté atteint 210 000 €. Il demande au moins 500 ha pour atteint un prix de revient raisonnable, selon les conseillers du réseau cuma.

Arracheuse Ropa

Arracheuse ROPA

Surface critique

La surface récoltée constitue le second facteur de différence dans le coût unitaire. L’analyse montre en effet que ce dernier tourne autour de 120- 150 €/ ha en dessous de 400 ha/an, pour descendre à 98,50 €/ ha au-dessus de ce seuil. Sur les 42 comptabilités étudiées, la surface récoltée s’élève en moyenne à 286 ha, mais la moitié est soit en dessous de 200 ha soit au dessus de 330 ha. Les facteurs pédoclimatiques y sont certainement pour quelque chose, mais aussi l’organisation des groupes et leurs priorités. Au sein de ces chiffres, les frais d’entretien de nos arracheuses s’élèvent à 31,50 €/ha, pour un âge moyen de 3,8 ans. Soit 20% du coût total. Ils sont assez stables dans le temps, mais augmentent après 6 ans. Ils sont marqués par un effet « saison ».

Simulation en ligne

Sur les chantiers, la récolteuse ne fait qu’une partie du coût total. La main d’œuvre et les bennes jouent également. D’où les réflexions sur le passage à l’intégrale, prisée pour sa capacité à porter les betteraves en bout de champ, et donc à économiser un tracteur et une benne. Un rappel : pour réaliser des simulations de temps et coût de chantier, un calculateur en ligne a été développé par Irstea, l’ITB, la Fncuma, les Entrepreneurs et le ministère de l’Agriculture. Son nom : PerfBet (www.perfbet.itb.org).Q

(1) D’après le « Guide des coûts de revient Grand-Est 2015-2016 » du PCA cuma réseau Nord-Est.

Publicité
Simple Share Buttons