Bilan céréales: une année dans la moyenne mais très contrastée

La campagne de céréales 2018 confirme un désordre climatique grandissant, qui affecte la production. Plus que jamais, la technicité s’impose.

De fortes inégalités régionales.

Arvalis tire un bilan 2018 de la moisson en blé très contrasté. Le rendement et la teneur en protéines du blé tendre s’avèrent «relativement proches des tendances pluriannuelles», sur le plan national. Par contre, les écarts se creusent entre régions. Les gros aléas climatiques de l’année ont durement frappé la région PACA, alors qu’ils favorisaient plutôt la Bretagne ou la Bourgogne-Franche-Comté.

Qualité boulangère variable

Le blé tendre affiche une bonne qualité, selon les enquêtes d’Arvalis et FranceAgriMer. La teneur en protéines atteint partout une moyenne de 11,5% et dépasse souvent 12%. Le poids spécifique respecte la limite de 76 kg/hl. L’indice de chute de Hagberg est satisfaisant, presque toujours supérieur à 240 s. Par contre, la qualité boulangère n’est pas toujours au rendez-vous dans la moitié sud. En blé dur, la météo a causé de grosses variations de qualité.

Viser la résilience

Arvalis observe une variabilité grandissante des conditions climatiques. Pour s’en protéger, l’Institut conseille de varier les pratiques :

  • choisir un «bouquet de variétés ayant des caractéristiques différentes du point de vue du rythme de développement et de la sensibilité aux maladies»,
  • préférer les variétés peu sensibles,
  • étaler les dates de semis.

Arvalis met aussi en avant les outils d’aide à la décision, pour prévoir la pression des bio-agresseurs et maîtriser la nutrition azotée.

Entraid Vidéos

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

Un bec pour la moisson du chanvre

Comment se lancer dans le semis direct ?

Agriculture de conservation : les éleveurs ont de gros atouts

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement