Commerce international: la France souhaite une « exception alimentaire et agricole »

La France souhaite que l'Europe impose une "exception alimentaire et agricole" dans le commerce mondial pour les futurs traités de libre-échange, afin de sortir ces secteurs des guerres commerciales, a affirmé jeudi le ministre français de l'Agriculture, Didier Guillaume.

Le vin, l'huile et le fromage sont les principaux taxés pour le commerce international.

« Le président de la République (Emmanuel Macron) a parlé d’exception alimentaire pour la France la semaine dernière », le 17 janvier, lors de la remise des prix d’excellence du concours général agricole au ministère de l’Agriculture, a rapporté M. Guillaume à l’occasion de ses voeux à la presse à Paris.

« Il y a un conflit Boeing-Airbus (entre les Etats-Unis et l’Union européenne, NDLR), et on (les Etats-Unis) taxe le vin, l’huile et le fromage, c’est scandaleux », a lancé le ministre, estimant que l’Europe doit « travailler sur une exception alimentaire et agricole ».

L’alimentation « ne peut pas être échangée dans le commerce mondial comme une simple marchandise », a-t-il souligné. « Echanger de l’alimentation contre des voitures et des avions, ça n’a aucun sens », a martelé M. Guillaume, souhaitant trouver « les moyens de sortir les produits agricoles et alimentaires des accords commerciaux et internationaux ».

« Est-ce que ce sera la même chose que l’exception culturelle européenne, on n’en sait rien », a ajouté M. Guillaume.

Le Ceta (accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada) est déjà entré en application, même s’il n’est pas encore ratifié, a-t-il rappelé.

Quant à l’accord UE-Mercosur (Argentine-Brésil-Uruguay-Paraguay), il « ne sera pas signé », a réaffirmé le ministre.

La France a obtenu cette semaine un répit de Washington, alors que les Etats-Unis menaçaient d’imposer une nouvelle salve de taxes douanières punitives contre des produits agricoles et viticoles, si Paris appliquait unilatéralement une taxe sur les géants du numérique.

Mais une grande partie de la viticulture française subit depuis le 18 octobre une taxe douanière américaine de 25% dans le cadre du conflit commercial Airbus-Boeing.

À LIRE AUSSI :

Les ventes de vins de Bordeaux s’effondrent aux Etats-Unis

 

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement