Gains d’efficacité: le service complet à moins de 3€/h

Moins de main d'œuvre, des charges de méca qui s'envolent... comment faire d'une pierre deux coups? Le service complet est une bonne piste. En cuma, il permet aux agriculteurs de garder la main sur cet aspect stratégique.

Le tracteur et la presse de la cuma de Mailhoc, dans la Tarn.

De plus en plus d’exploitation sont confrontées à un manque de main d’œuvre. En plus des charges de travail qui augmentent, les charges d’exploitation -pour part liées à la mécanisation-, peuvent également s’envoler.

Cet article a été rédigé dans le cadre de la promotion de la Journée « Univers Tracteur », organisée le 6 octobre 2020 par fdcuma du Tarn.

Le service complet peut se révéler être une solution à ces deux problématiques car ce service va permettre à l’adhérent de se libérer du temps en confiant des travaux spécifiques à des salariés qualifiés tout en maîtrisant les coûts.

Utilisation optimisée

En proposant ses activités en service complet, la cuma aussi est gagnante car elle va optimiser l’utilisation et l’entretien des outils, valoriser leur performance et leur technicité, et répondre plus efficacement aux attentes des adhérents (organisation et planification des chantiers par le salarié par exemple).

A lire également: « Service complet en cuma: des métiers variés et une organisation à maîtriser »

Ces présidents de cuma tarnaises l’ont testé. Voici leur verdict:

  • “Chez nous, le tracteur est utilisé à 70% en service complet, sur des activités variées comme la presse, la fauche, l’épandage et nous en sommes pleinement satisfaits”, indique par exemple Mathieu Gayet, responsable activité tracteur de la Cuma de St Pierre de Trivisy
  • “Notre cuma dispose de 4 tracteurs de différentes puissances, 2 d’entre eux sont exclusivement réservés aux services complets presse, tonne à lisier et pulvérisation. Nous pourrions envisager de proposer du service complet également sur les activités semis de céréales et épandage de fumier … à voir,” analyse pour sa part Matthieu Costes, président de la cuma de Mailhoc.
  • “Le tracteur 170 Cv est utilisé pour 400h dans l’année en service complet avec l’activité presse, nos adhérents font en plus appel au tracteur avec divers outils pour une cinquantaine d’heures dans l’année” Sébastien Puech, président de la cuma de Cagnac
  • “C’est un vrai ‘plus’ d’avoir des salariés, ils assurent pour nous le semis, le passage de l’épareuse, le combiné, les différents travaux du sol et nous avons même un salarié dédié à l’activité fauche”  Maxime Soulet, président de la cuma de Saint Antonin
  • “Nous proposons du service complet que sur les outils de récolte. Depuis que nous avons équipé notre tracteur d’un GPS, il paraît judicieux d’imaginer des activités avec tracteur en service complet, nous mûrissons la réflexion” Pierre Rives, président de la Cuma EVG

Des chiffres qui parlent

Utiliser le tracteur, le matériel et le salarié permettrait-il de diminuer les investissements individuels et du coup ses charges de mécanisation ?

En comparant les prix de revient de matériels de cuma utilisés uniquement par les adhérents et les prix des mêmes matériels utilisés en service complet, on met en évidence que l’optimisation du matériel par son utilisation avec un chauffeur et un tracteur couvre la quasi-totalité des frais de salarié.

Sources : Données FDCUMA de l’Aveyron

A lire également: « Fidélité à une marque de tracteur: qui est le champion?« 

Entraid Vidéos

4 astuces faciles en termes de reconnaissance

Quels sont les risques liés à un manque de reconnaissance?

Comment dire à son salarié que l’on n’est pas satisfait de son travail?

Animateur de cuma, kesako ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement