[Grande enquête] Transmission: où en sont les responsables de cuma?

Organisation et Management
Entraid propose un Guide sur la transmission et la reprise des responsabilités en groupe.

Des responsabilités insuffisamment réparties: l'un des enseignements de l'enquête d'Entraid sur les responsables de cuma. Que faire lorsqu'on est seul face à un "gros bloc" de responsabilités?

08/08/2019 - 12:00

L’enquête “Responsabilité et transmission”, menée par Entraid au printemps 2019, a permis de recueillir les réponses de plus de 850 agriculteurs. Voici les résultats les plus saillants, sous forme de chiffres clés.

Partagez cet article: [Grande enquête] Transmission: où en sont les responsables de cuma?

Parmi les plus de 850 répondants, 82% sont des responsables “en place” et 18% de potentiels futurs responsables.

Responsables en place: 23,3% ont identifié un successeur

Seuls 23,3% des répondants actuellement responsables ont identifié leur successeur.  Hormis les plus récemment élus, les responsables en place depuis longtemps posent la question du manque de volontaires.

45% jugent la répartition des tâches déséquilibrée

Quasiment un répondant sur deux dans cette catégorie a jugé le poids des responsabilités déséquilibré. Un indicateur fort de la nécessité dans les groupes de davantage répartir les rôles… maintenant.

La répartition des tâches est l’un des grands chantiers des responsables de cuma actuels.

L’utilisation d’outils numériques est un levier à part entière dans lequel les responsables ont jusqu’à présent peu actionné.

C’est aussi le cas de la délégation à des salariés, notamment pour les aspects administratifs.

Responsables potentiels: 72% sont réfractaires

72% des répondants  “non-responsables” n’envisagent pas de s’impliquer.

En majorité car ils n’ont pas pas le temps (28,6% de ces répondants) ou parce qu’ils ont déjà des engagement dans d’autres structures (23,8%).

Mais un tiers d’entre eux  juge que le groupe à la base de la cuma n’est pas assez volontariste. Un cercle vicieux: sans volontaires, la cuma ne risque pas de paraître volontariste… D’où l’importance pour les responsables en place de répartir les taches et de les rendre attractives et digestes.

Futurs responsables volontaires: 32% motivés par la baisse des charges de méca…

Ces volontaires constituent 18% de l’échantillon des répondants “non-responsables”.

Et la baisse des chargées de méca est le premier argument pour s’investir parmi eux: un sur trois le cite en premier lieu. C’est aussi l’un des premiers motifs d’implication cité par les responsables en place: les générations changent… et se ressemblent!

… et 22% par la création de lien social entre les agriculteurs

Par contre, le lien social est le deuxième motif évoqué par ces futurs responsables, à 22%. Un chiffre intéressant et fort, à méditer: les jeunes ressentent assez fortement la nécessité de préserver le tissu social des territoires, à l’heure de l’agrandissement des exploitations.

La répartition des responsabilités en fonction des possibilités et des goûts reste la clé dans bien des groupes.

Comme pour leurs collègues actuellement aux responsabilités, les fondamentaux restent solides: en cuma, il s’agit bien de mettre en commun des équipements mais aussi de faire vivre un groupe.

Vous pouvez retrouver l’intégralité des résultats dans le Guide Transmettre/Reprendre, à destination de tous les responsables actuels et futurs qui se posent des questions. 

Publicité
Simple Share Buttons