Jamais autant de monde ne s’est retrouvé dans cette petite commune

Le 7 avril, près d’un millier de personnes ont participé aux portes ouvertes de la chèvrerie du gaec Cap Avenir, à Moyrazès en Aveyron. Découverte des coulisses d’un projet innovant.

Le repas servi à quelque 500 personnes, moment de convivialité garanti !

Jamais autant de monde ne s’était retrouvé dans cette petite commune aveyronnaise, à mi-chemin entre Rodez et les Monts d’Aubrac, à quelque 700 mètres d’altitude. Il faut dire que le détour en valait la peine. A l’ordre du jour, la visite de la chèvrerie dernier cri du gaec Cap Avenir. Lorsqu’on arrive sur le site de l’exploitation chevrière, c’est à un bâtiment de quelque 3.500 m2 que l’on fait face. Lorsqu’on pénètre dans le bâtiment, c’est d’abord son immensité et son esthétique que lui confère sa charpente bois de fabrication aveyronnaise, qui séduisent le visiteur. Le charme opère…

12_chevrerie_capavenir_1

Les membres du gaec Cap Avenir et des membres de cuma partenaires dans la chèvrerie de 3500 m2, isolée et équipée d’une ventilation dynamique.

La rencontre avec les protagonistes de cet investissement de quelque 1,10 M€ conforte ce sentiment d’être dans une exploitation hors du commun. Et c’est le cas… Ils sont trois agriculteurs, Marie-Claire Aussibal, Frédéric Carrière et Guilaine Clergue, un salarié à temps plein, Gilles Aussibal, et deux salariées à mi-temps, Virginie Cadillac et Floriane Debard, à s’être engagés dans cette belle aventure débutée début 2015.

12_chevrerie_capavenir_5

Jérôme Boudou, l’un des jeunes chauffeurs de la cuma de Baraqueville à laquelle adhère le Gaec Cap Avenir.

«Une aventure professionnelle mais aussi humaine ayant fédéré pas moins de 18 partenaires dont la fédération des cuma de l’Aveyron et huit cuma locales», ne manquent pas de préciser les associés. Et, Frédéric Carrière de préciser: «Ce que nous voulions, c’est faire vivre nos familles tout en ayant plus de souplesse et la possibilité de se libérer du temps en s’appuyant sur de la main-d’œuvre.» Dans cet objectif, les associés ont misé à la fois sur l’innovation technique mais aussi sur des solutions innovantes en matière d’emploi.

Un condensé d’innovations

Un an et demi après le début de l’aventure, la chèvrerie, destinée à accueillir quelque 1.000 chèvres, à savoir 200 par ETP, équipée des dernières innovations, a vu le jour, comme ont pu le constater les visiteurs venus des quatre coins de l’Aveyron mais aussi des départements voisins, voire plus lointains. Equipé d’un toit, de murs et de portes isolés ainsi que d’une ventilation dynamique, le bâtiment garantit, tout au long de l’année, des conditions idéales au bien-être des animaux. Il possède également une aire d’attente sur caillebotis, une salle de traite d’une capacité de 700 chèvres à l’heure et un distributeur de concentré automatique.

12_chevrerie_capavenir_4

Marie-Claire Aussibal et Virginie Cadillac dans la salle de traite ultra-moderne.

«Nous avons réfléchi la conception de la salle de traite afin de réduire au maximum la pénibilité des intervenants. C’était l’une de nos priorités», indique Marie-Claire Aussibal. Objectif atteint! «Traire 1.000 chèvres aujourd’hui est plus facile et beaucoup moins pénible qu’en traire 200 lorsque nous étions sur nos exploitations respectives. L’autre levier d’amélioration, c’est le recours à différentes solutions en matière de main-d’œuvre», confirme-t-elle.


Mettre l’accent sur le caractère social du projet

L’autre objectif de cette journée a visé à communiquer sur les différentes solutions collectives existant en matière de main-d’œuvre. “Qu’il s’agisse d’emplois partagés, de service de remplacement, de groupement d’employeurs ou de services complets, l’idée vise à permettre aux agriculteurs de souffler un peu et de se libérer du temps pour faire autre chose. Faire cohabiter travail et famille est une priorité pour nous”, indique Frédéric Carrière.

Concrètement, cela se traduit par le partenariat que le gaec Cap Avenir établit avec pas moins de huit cuma locales pour l’ensilage, la moisson, la désileuse automotrice ou encore la conduite d’engin…

Aux côtés des animateurs de la fdcuma de l’Aveyron, présidée par Frédéric Carrière et des autres partenaires, les membres de ces huit cuma locales étaient présents avec leurs matériels respectifs lors de cette journée, ponctuée par un repas très convivial, préparé par le restaurant Les Coquelicots de Moyrazès et servi à pas moins de 500 personnes.

Retrouvez également l’article paru sur Entraid sur ce gaec porteur de projets innovants.

Entraid Vidéos

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

«Le collectif fait la force» et c’est le Ministre qui le dit !

Le désherbage mécanique en mode digital

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement