Les outils connectés ouvrent à la transparence et l’efficacité

Avec la volonté de donner des idées pour la gestion, le fonctionnement de la cuma, les fédérations de cuma de l’Eure et de la Seine-Maritime avaient invité l’entreprise Karnott et un utilisateur de ses boîtiers à intervenir à leurs assemblées générales.

Qui a encore oublier de ranger la boîte à outils? Personne! Le boîtier gris, laissé sur le châssis du déchaumeur de la cuma de la Béthune, est un outil d’enregistrement automatique d’activité du matériel (©Jérôme Lévêque).

Un président surpris intervenait à l’issue des assemblées générales des fédérations des cuma de l’Eure et de la Seine-Maritime, en février. A propos des solutions connectées accessibles aux cuma, sujet choisi cette année, Jérôme Lévêque, président de la cuma de la Béthune (Osmoy-Saint-Valery, 76), a des expériences à partager. Située dans une zone d’élevage, la cuma d’une cinquantaine d’adhérents dispose d’une grande diversité d’outils. Depuis quelques mois, des boîtiers Karnott y sont arrivés. «J’avais misé sur deux ans d’amortissement», confie le responsable. Mais, «en trois mois, c’était payé !» grâce à la facilité pour les responsables de la cuma de revenir sur l’historique d’un outil pour déterminer les responsabilités d’une casse.

La cuma de la Béthune est une des cinq utilisateurs de cette solution dans le département (©Jérôme Lévêque).

La cuma de la Béthune est une des cinq cuma utilisatrices de cette solution dans le département (©Jérôme Lévêque).

Avant cela, «nous avions des compteurs qui fonctionnaient, de moins en moins d’ailleurs. C’était un peu archaïque», se souvient Jérôme qui était à la recherche de solutions, déjà avant l’arrivée des boîtiers connectés sur le marché. Car travailler «sans les compteurs, ça ouvre à toutes les dérives possibles». Dans les enregistrements, le responsable de cuma constatait des écarts «parfois importants» et dont l’ampleur a été mise en lumière par les boîtiers connectés dès leur arrivée.

Jérôme Lévêque

Jérôme Lévêque, président de la cuma de la Béthune.

Effet spontané

Car dès leur arrivée, ils ont changé des choses dans la cuma, à commencer par l’ambiance de travail. La traçabilité de l’activité de l’outil solutionne les additions d’enregistrements ratés. «Quand un adhérent m’appelle le jour de son ensilage en me demandant où est la benne qu’il a réservée, en regardant sur l’écran, je peux lui répondre qu’elle est arrivée au fond de sa cour.» L’utilisation des outils de la cuma devient transparente… «Quand un outil est arrêté, c’est enregistré, les problèmes sont plus faciles à retrouver dans l’historique.» Bien qu’il affirme en avoir cherché, le président de la cuma qui est une des cinq dans le département à être équipées de ces boîtiers, «n’a pas trouvé de point négatif».

Entraid Vidéos

Pour éviter que l’agriculture ne s’embourbe… Votez!

Immersion dans un groupe qui progresse

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement