Les travaux de saison en X équations

Sur les réseaux sociaux, tous les moyens sont bons pour partager la vie de la ferme restée ouverte sur son monde même en confiné. Les agriculteurs s’adaptent à la situation de leur public et joignent l’utile au nécessaire.

Rendement, débit, dose de semences, consommation..., les occasions de sortir la calculatrice ne manquent pas lors d'une journée avec le tracteur.

A croire qu’ils n’avaient pas suffisamment de métiers. Agronomes, éleveurs, comptables, mécaniciens, chauffeurs, gestionnaires, météorologues, tantôt managers, parfois cuisiniers ou encore commerçants… Les agriculteurs trouvent désormais une nouvelle corde à mettre à leur arc sur les réseaux sociaux.

En ces temps où la France doit canaliser ses chères têtes blondes confinées et où leurs parents doivent assurer la continuité des apprentissages, certains acteurs de la profession viennent à leur rescousse. Voilà quelques jours que, depuis leur cabine de tracteur, ils se muent en auteurs d’ouvrages pédagogiques.

Les agriculteurs s’essaient instituteurs

Pour trouver un sujet concret aux casse-tête mathématiques qu’ils proposent, ces enseignants en herbe ne sont pas allés chercher l’inspiration plus loin que leurs chantiers en cours.

Vincent Guyot, très prolixe sur les semis de betterave, demande par exemple pour quelle heure doit l’attendre sa famille ce soir alors qu’il est depuis 9 h sur son chantier de 16 ha. Quant à l’éleveur Antoine Thibaud, il s’inquiète de sa consommation de fioul par hectare, sachant que «je fauche sur 5,60 m de large à 17 km/h en consommant 20 litres de gasoil à l’heure.»

Au moins cett méthode devrait vite fournir des arguments contre la fameuse objection: «A quoi ça va me servir de calculer tout ça dans la vie?» que les parents ne manqueront pas d’entendre pendant cette période de télé-école.

Marre des maths? Direction la classe de français

Toujours chez nos agriculteurs, parfois aussi artistes à leurs heures, certains en profitent pour partager leurs rêveries poétiques ouvertes sur le monde extérieur et la classe de philosophie. Sans oublier la cour de récréation ou la pause du goûter. C’est presque une véritable journée à l’école que les fermes de France sont capables de suppléer grâce à ces initiatives.

Reste une ultime question. A raison de 1.327 posts illustrés (dans un beau paysage ensoleillé et avec leur plus grand sourire) qui partagent leur quotidien, la complexité de leur métier, ses joies et ses doutes, envoyés chaque jour sur la toile, que multiplie une moyenne de 14 réponses et commentaires à leurs questions et partages d’expériences… Au bout de combien de temps les agriculteurs obtiendront un prix Nobel de communication? Vous avez une heure.

Entraid Vidéos

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

Un bec pour la moisson du chanvre

Comment se lancer dans le semis direct ?

Agriculture de conservation : les éleveurs ont de gros atouts

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement