ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

40% des revenus par UTA, inférieurs à 15.000€

Partager sur

40% des revenus par UTA, inférieurs à 15.000€

Dans le Grand Ouest, la filière viticole Cognac a tiré son épingle du jeu en 2021 avec 73.691€/UTA de résultat courant.

Le réseau comptable AS et des chambres d’agriculture du Grand Ouest ont passé à la loupe les résultats économiques de 2.500 exploitations. Verdict: une grande disparité des revenus agricole avec 17% d’entre eux qui restent négatifs.

Tous les ans, le réseau accompagnement stratégie en lien avec des Chambres d’agriculture du Grand Ouest publie tous les ans un référentiel économique et financier. La publication 2022 est issue de l’analyse de 2.500 exploitations de dix départements du grand Ouest, correspondant à quinze systèmes de production. Les chiffres portent sur les résultats dégagés en 2021. L’étude donne des repères sur la rémunération des agriculteurs calculée par Unité de Travail Annuel (1,3 UTA dans l’échantillon étudié). Elle confirme une constante du secteur agricole: la forte variabilité des résultats économique d’un système à l’autre. Le résultat moyen de 27.200 € par UTA (en progression de 2,6% par rapport à 2020) est très disparate.

Résultats dégagés en 2021: forte baisse en porcs, légère en lait

Le résultat courant en euros est de 11.170€ par UTA. Soit trois fois moins que l’année précédente! En cause: des cours en berne et une hausse des prix d’aliments. Côté vaches laitières, les résultats s’érodent un peu à presque 20.000€.

Progression en bovins viande, ovins et volailles

Les résultats dégagés en 2021 en bovins redressent légèrement la tête, mais restent faibles à 12.439€. La revalorisation des animaux est passée par là. Même phénomène ascendant en élevage ovin. Le résultat courant par UTA s’élève à 16.825€. Soit +13%.

Idem en volailles. Le revenu courant progresse à 17.025€, soit une augmentation de 12%. Même si certaines zones avicoles ont été bousculées par l’irruption de l’influenza aviaire.

Performance en caprins et grandes cultures, pic en viticulture

Les résultats 2021 des éleveurs caprins ont connu une bonne année: +7.379€ exactement, soit une hausse de 32%. Le résultat courant d’un éleveur caprin en 2021 frôle les 30.000€. La tendance est haussière également en grandes cultures grâce à une augmentation des prix de vente conjuguée à de meilleur rendements. Bilan: +57% du résultat, soit 25.252€.

Mais c’est la viticulture du Val de Loire qui connait la progression de revenu la plus importante: +53 %. Soit 37.147€.

Enfin comme l’an passé, la viticulture de la zone Cognac est la filière qui dégage le plus de revenu par UTA en 2021: 73.691€. Un peu plus qu’en 2020 où l’on était à 64.287€.

Deux bémols

2021 apparait plutôt comme un bon cru par rapport aux années précédentes. Mais rien ne préjuge des résultats en 2022. Les fortes turbulences sur les cours des produits et plus encore sur les prix des aliments, des intrants et des équipements vont impacter fortement 2022. Sans compter, les conséquences très néfastes par endroits, générés par la sécheresse estivale.

Autre préoccupation qui ternit ce panorama agricole: la capitalisation nécessaire par UTA qui ne cesse de progresser avec une moyenne de 360.000€/UTA. 10.000€ de plus par rapport à 2021. Dans ces conditions, le nécessaire renouvellement des générations apparait de plus en plus aléatoire…

A lire aussi:

Carbone: de nouveaux revenus pour les agriculteurs.

Revenu et fiscalité: qu’est-ce qui change en 2022?

Quel est le niveau de vie des ménages agricoles?