Régulation d’intrants avec strip-till et N-Sensor

En région Actus des groupes
strip-till

08/04/2014 - 13:34

Le 31 mars dernier, le syndicat des eaux, le réseau re-sources, la Chambre d'Agriculture et la Fédération des cuma organisaient à Beurlay en Charente-Maritime, une demi-journée technique consacrée la maîtrise des intrants. Cette thématique est prépondérante sur le bassin versant de l'Arnoult, qui est une zone de captage d'eau potable prioritaire.

Partagez cet article: Régulation d’intrants avec strip-till et N-Sensor

La demi-journée s’est déroulée en deux étapes :

Un premier atelier pédagogique sur la structuration du sol. Objectif : poser un diagnostic du fonctionnement de son sol pour adapter ensuite ses pratiques culturales et sa fertilisation. Deux fosses pédologiques ont été présentées par Jean-Pierre Scherer, pédologue à l’IREO de Chauvigny. Ce premier point important a permis de faire directement le lien avec les deux outils présentés lors de la deuxième étape. :
D’abord l’outil strip-till conçu pour travailler uniquement la future ligne de semis. Une démonstration du matériel Striger par Geoffrey Dewever de Kuhn, a permis à la vingtaine d’agriculteurs présents de se faire une idée plus précise. Le technicien de Kuhn a insisté sur la nécessité de bien connaitre ses sols pour maîtriser cette technique qui est à raisonner parallèlement à l’implantation d’un couvert végétal. Ce dernier joue en effet un rôle de structuration et de nutrition naturelle du sol. Rappel : le strip-till intervient uniquement pour préparer la ligne de semis et apporter localement un engrais si nécessaire.
Deuxième outil : N-Sensor conçu pour moduler les doses d’azote. Cet équipement optique installé sur la cabine du tracteur permet de mesurer l’état de nutrition azotée d’une culture afin d’adapter en temps réel la dose azotée épandue par le distributeur d’engrais. Cette technique est complémentaire aux techniques présentées ci-dessus. Inutile de charger en azote là où le sol est autonome ! Par contre, dans une zone à potentiel présentant des signes de carence, la fertilisation doit être abondée. Lors de cette journée, Cédric Boudes, technicien Yara a présenté le fonctionnement du capteur, en équipant pour la circonstance l’épandeur de la cuma la Rigoleuse.

Nicolas Figeac

Publicité
Simple Share Buttons