L’essentiel de l’employeur : Comment (ré)agir face à un accident du travail ?

Dans le milieu agricole, les accidents de travail ne manquent pas. Voici quelques points à prendre en considération.

Le document unique repose sur un diagnostic en amont, systématique et exhaustif, des facteurs de risque auxquels les salariés peuvent être exposés.

Dois-je déclarer tous les accidents du travail, même bénins ?

En l’absence d’existence dans l’entreprise d’un poste de secours d’urgence avec présence d’un médecin ou d’une infirmière, l’employeur doit déclarer tout accident du travail, y compris quand il n’entraîne pas d’arrêt de travail.

Il n’est, en effet, pas en mesure de juger des conséquences futures de l’accident sur la santé de son salarié. Une simple contusion (par exemple) peut cacher une lésion du tendon.

A lire aussi : Accident du travail : Comment organiser les secours ?

Quels sont les délais ?

Dans la journée de l’accident ou au plus tard dans les 24 heures, le salarié victime doit informer, ou faire informer, l’employeur de l’accident, sauf force majeure, impossibilité absolue ou motifs légitimes.

De son côté, l’employeur doit déclarer tout accident du travail à la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ou à la MSA dans les 48 heures du jour où il en a connaissance.

Quels documents établir en pratique ?

La déclaration de l’accident du travail se fait en ligne ou par envoi du formulaire CERFA en LRAR.

L’employeur doit remettre au salarié une feuille d’accident (à se procurer par avance) qui va lui permettre de ne pas avancer les frais médicaux (consultations de médecins, médicaments, etc.).

En cas d’arrêt de travail du salarié, l’employeur doit aussi adresser à la CPAM ou à la MSA, le cas échéant via la déclaration sociale nominative, une attestation de salaire qui permettra le calcul des indemnités journalières dues au salarié.

Puis-je contester le caractère professionnel de l’accident ?

Dans le cadre de la déclaration, l’employeur peut émettre des « réserves motivées » sur le caractère professionnel de l’accident. Ces réserves portent sur les circonstances de temps et de lieu de l’accident ou sur l’existence d’une cause totalement étrangère au travail (absence de témoins de l’événement, absence de déclaration par le salarié le jour où est survenu l’accident…).

La CPAM/MSA déclenche alors une enquête.

Quelles sanctions risque l’employeur en cas d’accident du travail ?

L’employeur est susceptible de voir sa responsabilité civile engagée. Dans les cas les plus graves, il risque même des sanctions pénales.

Que faire pour prévenir les accidents du travail / maladies professionnelles ?

L’employeur est tenu de prendre « les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale » du personnel.

Il s’agit pour lui de :

  • prévenir les risques professionnels et la pénibilité ;
  • informer et former les salariés ;
  • mettre en place une organisation et des moyens adaptés (par exemple, dans une usine fabriquant des produits chimiques, la direction de l’établissement fournit une blouse, un casque, des gants et des lunettes de protection).

Les entreprises, quel que soit leur effectif, sont tenues d’élaborer un document unique d’évaluation des risques professionnels et ce, même si l’existence d’un risque n’est pas prouvée. Il s’agit d’une obligation générale et inconditionnelle.

Le document unique repose sur un diagnostic en amont, systématique et exhaustif, des facteurs de risque auxquels les salariés peuvent être exposés.

Gare aux sanctions !

Si l’employeur ne réalise pas le document unique (DU) ou fait preuve de négligences dans sa rédaction, il encourt des sanctions financières. Et surtout, au-delà d’une amende, si un accident du travail se produit alors que l’employeur avait, ou aurait dû avoir, conscience du danger auquel les salariés étaient exposés et qu’il n’a pas pris les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité, il commet une faute inexcusable aux conséquences financières lourdes.

La rédaction du document unique ne suffit pas pour dégager la responsabilité de l’employeur en cas d’accident mais elle peut y contribuer. A lire : Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels


Entraid’ et Cerfrance sont partenaires dans le cadre du développement des bonnes pratiques managériales et réglementaires dans le secteur agricole. Retrouvez les informations utiles sur la réglementation salarié, la gestion et le management des salariés agricoles dans notre dossier spécial.

réglementation employé L'essentiel de l'employeur agricole avec notre partenaire CERFRANCE.

L’essentiel de l’employeur agricole avec notre partenaire CERFRANCE.

Entraid Vidéos

Ai-je le droit de jouer aux jeux vidéos en cabine ?

Homologation des outils traînés : attention à vos bons de commande !

Ai-je le droit, en tant qu’aide familial, de conduire le tracteur?

Ai-je le droit d’interdire l’usage de son portable à un salarié?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement