Beurre: « la crainte de la pénurie crée la pénurie »

La "crainte de la pénurie créée la pénurie", a souligné mardi le ministre de l'Agriculture Stephane Travert, en admettant que le manque de beurre constaté dans certains supermarchés relève d'abord d'un bras de fer entre industriels et distribution, alimenté par des achats de précaution des consommateurs.

Le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert sur RTL : "la crainte de la pénurie crée la pénurie"

Pour sortir du conflit commercial qui oppose la distribution et les industriels sur le prix du beurre, le ministre, interrogé sur RTL mardi matin, suggère de s’en remettre à « l’esprit des états généraux de l’alimentation » (Egalim) en cours depuis juillet, et consacrés précisément au « juste prix » qui doit être payé par chaque maillon de la chaîne alimentaire.

« C’est une situation inédite, il y a une forme de blocage entre les transformateurs et les distributeurs » a-t-il reconnu, « je ne peux être que contre cette guerre des prix ». « Il n’y a pas de pénurie à proprement parler » a-t-il dit.

Le cabinet Nielsen, spécialisé dans les études de consommation, a montré samedi dans une étude comment la « pénurie » de beurre évoquée depuis la rentrée par les boulangers puis par les médias, était amplifiée par des achats de précaution de consommateurs: les ruptures de stocks constatées en grande surface sont dûes « à une forte hausse de la demande qui a atteint +19% en volume durant la semaine du 16 au 22 octobre, par rapport à la même semaine de 2016 » selon le cabinet.

En fin de semaine dernière, les producteurs laitiers, avaient pour leur part dénoncé « l’intox » de la « pénurie », en soulignant qu’il n’y avait pas de pénurie de lait et en pointant du doigt la responsabilité de la grande distribution qui ne veut pas payer le « juste prix », tandis que les industriels préfèrent exporter leur beurre plutôt que de le vendre à la grande distribution française.

« La crainte de la pénurie crée la pénurie (…) Beaucoup de consommateurs ont acheté du beurre en supplément par rapport à leur habitude de consommation et le stockent. Le beurre au congélateur ce n’est pas forcément meilleur » a souligné le ministre.

Après avoir cité « Super U », le ministre a dit avoir reçu un mail de la part de l’enseigne Auchan « qui a fait savoir qu’ils acceptaient ces augmentations » de tarif sur le beurre . « C’est plutôt de bonne augure » a-t-il dit. Le bras de fer commercial sur le beurre, est « un test grandeur nature » pour les Etats généraux de l’alimentation en cours, a ajouté M. Travert.


Pour aller plus loin sur Entraid.com :

Beurre, Glyphosate, Ceta: trois clés de la mutation de l’agriculture française
Beurre: 30% de la demande non satisfaite mi-octobre (cabinet Nielsen)
Beurre: des agriculteurs dénoncent « l’intox » de la « pénurie » dans les supermarchés

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement