ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Entre vignes et arbres, les brebis entretiennent pour pas cher

Partager sur

Entre vignes et arbres, les brebis entretiennent pour pas cher

Entre les arbres fruitiers, a fortiori irrigués, l’herbe qui pousse est une ressource de bonne qualité pour un troupeau de brebis.

L’issue d’un travail d’étude sur plusieurs années met en avant le pâturage additionnel, notamment dans les vignes et les vergers. Entre l’exploitant de cultures pérennes et l’éleveur de brebis, l’échange de bons procédés est gagnant-gagnant promet la documentation.

Lâcher un troupeau de brebis dans un carré de culture pérenne. L’idée n’est pas si saugrenue. Elle ouvre en tout cas à tout un tas d’avantages, autant pour les animaux que pour les plantes. Plusieurs partenaires techniques se sont penchés sur la question dans le cadre d’un projet Casdar. Leurs conclusions nourrissent plusieurs publications, dont une vidéo sur ‘le pâturage fructueux’ des brebis dans un verger.

Le document met en avant les nombreux intérêts bilatéraux d’une telle solution. Bien entendu, cette dernière présente aussi quelques points de vigilance. Dans les vergers, la présence de ruminants peut être source de risques. Ainsi, «les brebis doivent être surveillées de près.» Un guide de partenariat(1) sur la technique précise le propos. La surveillance des animaux et de l’accès à l’eau doit être «journalière.»

Et avant d’y envoyer les brebis, «les arbres et systèmes d’irrigation du verger doivent être protégés», illustre encore la vidéo explicative. Pour un système arboricole, leur étude indique que l’économie potentielle liée à la réduction des interventions de broyage peut valoir 100 à 300€/ha. Dans le même temps, l’éleveur accède à une ressource fourragère complémentaire. C’est là un atout précieux dans un système fourrager.

Brebis dans les vignes: des échanges gagnant-gagnant

Dans la vigne aussi, les brebis peuvent faire «bon assemblage» avec la culture pérenne, d’après une autre production des partenaires. Selon celle-ci, de novembre à la mi-mars, la présence d’un troupeau au travers des alignements de ceps est un bon moyen de mieux valoriser les engrais verts, par exemple. Complémentaire du broyage qui prendra le relai sur la période d’activité végétative, le pâturage permet de retarder la première intervention. La brebis se montrerait aussi plus performante sur le désherbage à proximité des pieds de vigne que les outils mécaniques.

(1) Les partenaires d’un projet (Casdar Brebis Link) éditent un guide autour du pâturage ovin en systèmes de cultures. Le document précise les règles et les bonnes pratiques qui encadrent un partenariat entre l’éleveur qui accède à la surface additionnelle et l’exploitant accueillant.

À LIRE AUSSI :

Des moutons dans les champs de céréales

À l’automne les brebis se remettent dans le couvert

Et si l’écorce protégeait aussi le troupeau ?

Et retrouvez les livrables du programme Brebis link