En quête du coût de production et du point d’équilibre

Dans un contexte de marchés agricoles volatils, agir sur sa rentabilité et piloter sa trésorerie devient un enjeu stratégique incontournable. Encore faut-il savoir d’où l’on part...

Plus que jamais, coûts de production et points d’équilibre, doivent devenir les repères clés du chef d’exploitation.

Plus que jamais, les calculs du coût de production et du points d’équilibre, sont des repères clés du chef d’exploitation, recommande Cogedis. On pourra en effet choisir les bons leviers d’amélioration grâce au calcul préalable de ces indicateurs.

Premier repère de rentabilité: le coût de production

Le coût de production est le premier repère indispensable. Il permet d’isoler les charges proportionnelles et de structure propres à une activité. Le montant obtenu est ensuite ramené sur le volume produit. On part du principe que tout ce qui est produit sur une exploitation a un coût, qu’il soit vendu ou non. Ce critère technico-économique répond à un objectif d’optimisation des charges.

Comment procéder? En analysant la part et l’importance de chaque poste. Et par comparaison aux groupes de références et à l’historique de l’exploitation, vous déterminez les points forts et les points d’amélioration de chaque atelier. Vous pouvez ainsi mettre en place des mesures pour renforcer votre rentabilité. A l’aide de cet indicateur régulièrement mis à jour, vous déterminez vos objectifs d’amélioration, en tenant compte des contraintes et des orientations techniques de votre exploitation.

Le point d’équilibre pour mesurer l’évolution de votre trésorerie

Le point d’équilibre est certainement l’outil d’analyse le plus pertinent car il synthétise rentabilité et trésorerie. Il est un instrument essentiel pour mesurer la résistance de l’exploitation par rapport au prix de vente. Il représente le seuil à partir duquel votre exploitation dégage de la trésorerie ou en perd.

Pour réaliser ce calcul, il faut prendre en compte toutes les dépenses et recettes annuelles de vos activités agricoles sur l’exercice écoulé. Cela implique aussi de faire le lien entre l’entreprise et vos besoins privés. Afin d’isoler la somme qu’il reste à couvrir par la vente de votre activité principale, il faut ensuite déduire du chiffre d’affaires à atteindre les ventes et produits reçus accessoires, ainsi que les éventuelles aides perçues au titre de la PAC. Il ne reste plus qu’à ramener le montant des dépenses restantes sur le volume vendu. Puis de le comparer au prix de vente perçu pour connaître l’impact de votre activité sur votre trésorerie.

Et convaincre le banquier

Connaître et mesurer l’évolution de vos coûts de production et points d’équilibre par production est incontournable pour obtenir du banquier un court terme de trésorerie ou un emprunt. Parlez-en à votre gestionnaire comptable.

A lire aussi :

Quel coût de production en élevage herbivore avec 2 Smic?

Un coût de production avec 2 Smic par UMO.

Des coûts d’intrants qui grignotent les marges.

Entraid Vidéos

Fidélité à une marque de tracteur : qui est le champion ?

La fidélité a un prix…

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

Fidèle à son concessionnaire ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement