ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

La cuma du Bocage fait feu de tout bois

Partager sur

La cuma du Bocage fait feu de tout bois

Le déchiquetage de bois tel qu'il est pratiqué dans la cuma du Bocage, représente un précieux minerai à l'heure où les prix de l'énergie explosent... (©cuma du Bocage)

Parmi la dizaine d’activités de la cuma départementale du Bocage, le déchiquetage de bois ne cesse de progresser. Le renchérissement des prix de l’énergie et les difficultés à s’approvisionner en paille confortent le développement de cette filière.

Forte de 1.375 adhérents, de 5 salariés et de 450.000€ de chiffre d’affaires, la cuma du Bocage présente une stature départementale. Cela lui permet de lancer des activités qui ne pourraient pas être viables à l’échelle d’une cuma locale. Citons ainsi l’épandage de chaux, le compostage, l’épandage et la pulvé avec un quad, ou encore le triage d’espèces et le nettoyage de semences…

Mais aussi le déchiquetage de bois qui, progressivement, fait sa place dans les activités de la cuma. Mené en partenariat avec la cuma Défis 85 en Vendée, le déchiquetage est proposé en prestations complète: tracteur + chauffeur + déchiqueteuse. 200 exploitations des Deux-Sèvres adhèrent à cette activité déployée aussi dans la Vendée et le Maine-et-Loire (400 adhérents au total). Pour adhérer, un montant forfaitaire de 120€ de capital social est demandé. Désormais, les demandes des adhérents s’effectuent directement sur un site internet dédié.

Déchiquetage: 60.000m³ de plaquettes

Le déchiquetage de bois prend de l’ampleur sur le territoire. Au cours de l’année 2021, ce sont au total 60.000m³ de plaquette qui ont été produites. Les deux tiers pour la production d’énergie. L’autre tiers pour en substitution de la paille pour la litière. La demande en plaquettes à des fins de litière augmente. Le coût de la paille a en effet tendance à augmenter.

L’essor des unités de méthanisation n’est pas étranger semble-t-il à ce phénomène. Le tarif de déchiquetage s’élève à 390€/h de chantier. Ramené au mètre cube, le coût est inférieur à 5€. C’est l’objectif que se fixe la cuma du Bocage. Pour y parvenir, la cuma prodigue quelques conseils d’ordonnancement des chantiers à ses adhérents: comme un chantier d’ensilage, prévoir les remorques appropriées, entailler les têtes fourchues, éviter absolument les corps étrangers…

Les responsables de la cuma du Bocage le 1er juin dernier devant un parterre de participants au congrès de la fncuma, expliquent la démarche entreprise per leur cuma en matière de déchiquetage de bois.

80cm de diamètre maxi

La déchiqueteuse Noremat, renouvelée en 2020, «avale» des diamètres de troncs jusqu’à 80cm. Pour un débit de chantier de 75m³/h.  En tout, la déchiqueteuse effectue 500h de rotor et au total 1.500h de tracteur. L’an dernier, le volume a atteint 745h.

En moyenne, 2.000h/an sont consacrées à l’activité déchiquetage, assumées par deux salariés. 80% du temps est occupé à la conduite. Et 20% à l’entretien.

Ne pas tout déchiqueter!

Les responsables de la cuma du Bocage, qui ont présenté cette activé le mercredi 1er juin devant un parterre de participants à l’AG de la fncuma, ont insisté sur le caractère raisonné du déchiquetage. « Il ne s’agit pas de transformer en plaquettes des arbres issus d’arrachage, mais d’entretenir les linéaires de haies et les taillis forestiers présents sur les exploitations. » La cuma a d’ailleurs précisé ses intentions dans une charte de bonnes pratiques.

En parallèle, la cuma du Bocage propose deux matériels pour réaliser son bois de chauffage de manière plus conventionnelle:

  • un combiné bois bûche Spaltfix K- 440 Marque Posch (bûches de 25 à 60cm, perches d’une longueur maximum de 5m)
  • une fendeuse horizontale 30t SplitMaster (troncs jusqu’à 1m de diamètre).

A lire aussi: