[Essai guidage Reichhardt] L’électronique prend le volant… Sans GPS!

Tests et avis
guidage inter-rangs par ultrasons Reichhardt

Durant notre essai, un GPS était également de la partie pour les fonctions de documentation du tracteur (cf. écran Reichhardt).

16/05/2019 - 06:30

Depuis fin 2017, Fendt propose une alternative au GPS sur ses tracteurs spécialisés: un système de guidage inter-rangs par ultrasons mis au point par Reichhardt. Cette technologie, nous l'avons mise à l'essai à Bergheim (Haut-Rhin, 68) sur l'exploitation de Jean-Luc Andres. Images.

Partagez cet article: [Essai guidage Reichhardt] L’électronique prend le volant… Sans GPS!

Au coeur du vignoble alsacien, Jean-Luc Andres travaille tous les cépages locaux sur une exploitation de 10,5 ha. Il est également le président de la cuma Cep de vigne. Dans ses pratiques agricoles, le travail du sol occupe aujourd’hui une place de plus en plus importante avec notamment des outils inter-ceps. «Lorsqu’on utilise ce type d’outil, il est important de se concentrer à l’arrière sur le travail effectué pour ne pas abîmer les pieds de vigne. Il est donc parfois difficile de garder le cap en même temps.»

Se dégager de la conduite pour se focaliser sur l’outil

L’objectif de cet essai est donc clair: le système de guidage inter-rangs par ultrasons Reichhardt est-il suffisamment précis pour «lui laisser le volant» et se concentrer sur le travail de l’outil?

Aussi précis que le RTK?

Concernant le fonctionnement de cette technologie de guidage sans GPS, elle repose sur les mesures prises par deux paires de capteurs ultrasons situées à l’avant du tracteur, de part et d’autre du capot moteur. Selon le paramétrage, le système se repère par rapport à la végétation (feuillage ou pieds) ou sur le palissage. Reichhardt promet la même précision qu’un autoguidage RTK: 2 cm.

L’orientation des capteurs ultrasons est réglable (pour choisir la référence de guidage selon la saison) et le tout est protégé par un carénage frontal.

Jean-Luc Andres a testé ce guidage avec trois outils: une charrue vigneronne Actisol (4 ha), une herse rotative (5 ha) et une pré-tailleuse (4 ha). «Au global, en conditions idéales, c’est-à-dire avec un outil dans le gabarit du tracteur et dans des vignes à plat avec un beau plan de palissage, cela fonctionne! On peut faire confiance au guidage par ultrasons et se concentrer sur l’outil.»

Un système plus intéressant que le GPS

En revanche, le résultat est plus nuancé avec un outil plus large que le tracteur et/ou en dévers. «Il faut rester vigilant car le ripage latéral conduit à un décentrage de l’arrière du tracteur et donc de l’outil, qui risque de toucher les pieds de vigne. Peut-être faudrait-il ajouter des capteurs au niveau de l’essieu arrière du tracteur?»

Jean-Luc Andres regrette également le manque de «tolérance du système de guidage», qui se déconnecte à la moindre sollicitation du volant. «Il faudrait permettre les légères corrections humaines, moins d’un quart de tour de volant par exemple.»

Selon Jean-Luc Andres (président de la cuma Cep de Vigne), le système de guidage par ultrasons est plus intéressant que le GPS, car il tient compte des conditions réelles à la parcelle.

En conclusion, «il faut encore davantage de précision pour faire complètement confiance à l’électronique et lâcher le volant. Mais c’est un système de guidage plus intéressant que le GPS car il tient compte de la végétation et des conditions réelles à la parcelle. C’est une technologie qui a de l’avenir!»

L’intégralité de cet essai est à retrouver dans le numéro d’avril 2019 de votre magazine Entraid’.

Pour en savoir plus sur ce que Jean-Luc Andres a pensé du tracteur sur lequel était monté le guidage par ultrasons Reichhardt, rendez-vous sur [Avis Fendt 210V Vario] «Un confort global imbattable» (à venir le 23/05).

Publicité
Simple Share Buttons