Les FOUS ont encore du travail avec l’agroécologie

A mesure qu’elle veut valoriser de nouveaux mécanismes naturels de son environnement, l’agriculture se complexifie et nécessite de l’innovation. Il existe des facteurs favorables. La cuma peut en faire partie.

L’agriculture doit être productive, performante du point de vue environnemental et acceptable socialement. «Et il n’est plus question de compromis. Elle doit répondre à ces enjeux de manière globale.» C’est ainsi que Christian Huyghe (directeur scientifique adjoint de l’Inra) a ponctué un séminaire consacré aux collaborations se développant sous-couvert d’agro-écologie et qui fédèrent les organismes agricoles. C’était à l’automne dernier dans les Pays de la Loire et le scientifique y a défendu que «l’agro-écologie propose des leviers pour relever ce défi». La discipline est à la fois «gourmande en innovation» et «cadre de développement des innovations» actuelles.

La cuma, cette boîte de Pétri des innovations

Pour autant, tout n’est pas gagné. «L’innovation, c’est l’adoption d’une nouveauté.» On parle ainsi d’innovation quand l’idée, ou l’invention, a été largement adoptée. Christian Huyghe le concède: «Il y a des créativités qui s’expriment et se diffusent plus facilement que d’autres. Dans le machinisme, on peut créer, faire essayer à son voisin…, on discute autour d’un objet physique qui est cet outil en question. Ce matériel tient le rôle de support de médiation.» On comprend donc que les cuma sont idéalement placées pour être d’efficaces incubateurs de l’innovation. Le témoin du séminaire qui intervient aussi dans le numéro de décembre du magazine Entraid, prend un contre-exemple: «Quand il s’agit d’un concept agro-écologique, on n’a moins ce support de médiation.» Il devient plus dur à l’idée de se diffuser.

Autre handicap de l’innovation dans l’univers de l’agroécologie: «Plus on s’approche du marché», plus la réussite de l’innovation «est exposée au contexte local». Ce contexte local se définit avec les prix, les conditions météorologiques… et toutes «les contraintes biotiques et abiotiques qui diffèrent entre les régions agricoles». Christian Huyghe résume: «Quand nous travaillons avec un système standardisé, voire hors-sol, déployer des nouveautés est extrêmement rapide.» Dans un système régi par une réflexion agro-écologique, la vérité chez l’un est moins vite transposable chez son voisin. Plus que jamais les fous, ceux grâce auxquels l’agriculture continue de rester moderne, ont encore du travail.

Entraid Vidéos

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

«Le collectif fait la force» et c’est le Ministre qui le dit !

Le désherbage mécanique en mode digital

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement