La charrue déchaumeuse se pose en piste pour l’après glyphosate

Sur le terrain
charrues déchaumeuses en action

Trois charrues déchaumeuses ont animé des démonstrations cuma en Bretagne.

27/11/2018 - 18:36

A Trégier (22) avec des modèles Castillon et Kverneland, et à Bréal-sous-Monfort (35) avec Ovlac, la fédération des cuma Bretagne Ille-Armor a fait tourner les charrues déchaumeuses sur son territoire.

Partagez cet article: La charrue déchaumeuse se pose en piste pour l’après glyphosate

Deux charrues portées (Kverneland et Castillon) ont été mises à l’épreuve sur deux parcelles (une buttée, l’autre avec la paille broyée laissée en andins) de la zone légumière des Côtes-d’Armor. Le troisième engin (Ovlac) a évolué dans deux autres configurations (colza déchaumé et repousses de féverole et radis fourrager) en Ille-et-Vilaine. Si les conditions diverses rendent impossibles les comparaisons, quelques différences et remarques peuvent déjà être posées sur le papier.

Tout d’abord niveau prix, Kverneland se positionne sensiblement au-dessus des deux marques espagnoles. L’Ecomat de Kverneland se veut aussi moins polyvalente. Elle ne travaille que jusqu’à 18 cm de profondeur maximum et avec peu de résidus en surface, quand Ovlac affiche par exemple une profondeur maximale de 25 cm. L’écomat offre cependant la possibilité de régler la largeur de raie grâce au système Varilarge®. Autre point positif, la roue de jauge tout à l’arrière assure une bonne stabilité et sert aussi de roue de transport. En revanche, elle travaille obligatoirement dans la raie, alors que chez Castillon le choix est laissé à l’agriculteur grâce au déport hydraulique.

charrues déchaumeuses : Kverneland affiche une profondeur de travail maximale de 18 cm.

La charrue déchaumeuse Kverneland sur résidus de culture de brocoli précédemment roulés au rouleau hacheur.

Deuxième particularité de la Castillon, le non-stop hydraulique qui fait lever seulement le versoir qui travaille en cas d’accrochage. En Ille-et-Vilaine, la démonstration organisée avec le Ceta 35 a abouti à un résultat satisfaisant en termes d’enfouissement des débris ou de structure du sol (plus d’information dans les pages régionales du magazine Entraid de décembre 2018).

A lire aussi :

La charrue déchaumeuse offre un compromis apprécié en bio

Jean-Marc Roussel et Anaëlle Macquet
Publicité
Simple Share Buttons