Quels éléments pour se faire un autoguidage RTK?

La construction d’un autoguidage RTK en open source demande d’abord d’assembler des composants électroniques. Il faut ensuite un peu de travail manuel côté volant et direction.

L'environnement en open source AgOpenGPS peut piloter trois types d'engins (photo Maxime Emprou).

Se lancer dans l’auto-construction d’un autoguidage RTK devient plus facile qu’il y a deux ou trois ans. Maxime Emprou, conseiller en agronomie, et Pierre Haurigot, agriculteur, en ont témoigné récemment au salon B-Boost. Ils ont tous deux équipé un ou deux tracteurs, à partir du logiciel libre AgOpenGps et du signal gratuit Centipède. Soit un investissement de 1.000 à 1.400€.

Les fonctions essentielles d’un autoguidage

Le kit qui se fabrique aujourd’hui assure les fonctions essentielles: autoguidage en ligne droite, en courbe et en contours, et demi-tours en U. Il intègre d’autre part le travail en planches, le jalonnage et des subtilités, comme finir droit une parcelle dont le bord est irrégulier. Le logiciel a également la capacité de commander un outil extérieur, par exemple pour la coupure de tronçons. Il faut toutefois réaliser l’adaptation sur le matériel en question, car il n’est pas compatible Isobus.

Les éléments à se procurer pour un tracteur nu comprennent une antenne, une tablette, des cartes électroniques et une interface avec la direction du tracteur ou de l’automoteur. La tablette doit fonctionner sous Windows et offrir un écran d’au moins 10pouces, pas trop brillant. Certains l’achètent d’occasion. Elle reçoit la carte SIM permettant de recevoir le signal RTK (évite de partager la connexion d’un smartphone). Il faut enfin lui trouver un support dans la cabine. De leurs côtés, les cartes électroniques demandent ou pas de jouer du fer à souder, selon qu’on les achète seules ou préassemblées.

Auto-construction d’un autoguidage RTK: un volant à prendre en main

La capteur d’angle à installer sur une roue directrice demande quant à lui plus de travail manuel. On revient à un bricolage agricole plus habituel… Une liaison mécanique à confectionner sur mesure est en effet nécessaire. Autre élément mécanique: la motorisation du volant. Les adeptes de l’open source font le plus souvent appel à une couronne dentée, produite à l’imprimante 3D. Un petit moteur électrique débrayable en assure l’entraînement. Mais il est également possible de se raccorder à l’hydraulique, pour les plus affutés. L’essentiel est d’être sûr que le système mis en place se débraye facilement. Le conducteur doit rester maître de son véhicule, surtout sur la route.

capteur d'angle sur la direction d'un tracteur

Un exemple de mise en place du capteur d’angle sur la direction (© AOGwiki).

auto-construction autoguidage RTK

Un exemple de couronne dentée pour entraîner le volant (© AOGwiki).

Quelques ressources sur l’autoguidage en open source:

En complément:

Entraid Vidéos

S’installer en cuma, c’est plus sympa

Semer les couverts végétaux avec un broyeur

Un tracteur John Deere 8R autonome au CES de Las Vegas

Zapping vidéo: nos plus belles images de 2021

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement