[Sima 2019] Les agricultrices veulent avoir leur mot à dire sur le matériel

Comment attirer les filles vers les métiers de l’agriculture quand les matériels demandent encore trop de force physique ? C’est la question posée au Sima par la Commission nationale des agricultrices de la Fnsea.

Agnès Kerbrat, Jacqueline Cottier et Marie-Sophie Pujol, de la Commission nationale des agricultrices de la Fnsea, ont débattu avec Régis Gaydon, du bureau d'études de Claas.

Les agricultrices de la Fnsea ont interrogé leurs consœurs sur le matériel agricole. Il en ressort que les concepteurs se basent trop souvent sur la force physique et la taille de l’homme moyen. Marie-Sophie Pujol, agricultrice dans l’Aude, détaille : « Les agricultrices estiment que l’utilisation des machines agricoles demande trop d’efforts physiques et se traduit par des troubles musculo-squelettiques. C’est notamment le cas pour raccorder les prises de force ou les flexibles hydrauliques ». Des prises situées aussi trop haut, qui obligent à escalader donc à prendre des risques. Ce genre de difficultés ne contribue pas à attirer des jeunes filles vers les métiers de l’agriculture, déjà largement masculins.

irstea attelagri attelage robot

Vu au Sima par Entraid’ : la maquette de l’attelage robotisé Attelagri développé par Irstea.

Des progrès insuffisants

Certes, il y a eu des progrès, relève Marie-Sophie Pujol, avec le déploiement de l’électronique, des commandes électriques, des transmissions automatiques. Les trémies des semoirs sont par exemple plus accessibles et leurs couvercles plus faciles à ouvrir. Mais il reste beaucoup à faire. On peut d’ailleurs remarquer que si, en moyenne, femmes et hommes présentent quelques différences morphologiques, nombre d’agriculteurs souffrent eux aussi physiquement au travail. Même si leur fierté les amène à ne pas trop l’avouer. L’ergonomie profite à tout le monde.

kit 3ème main hydrokit

Vu au Sima par Entraid’ : le Kit 3ème main d’Hydrokit, pour lever sans efforts un 3ème point hydraulique, un cardan ou un bras de relevage.

Place au mannequin numérique

Régis Gaydon, du bureau d’études de Claas, explique que les moyens techniques dont disposent les constructeurs leur permettent aujourd’hui de concevoir des « mannequins numériques ». Ils peuvent ainsi réaliser des simulations de disposition de cabine pour différents gabarits de chauffeurs. « Ensuite, de plus en plus de réglages, comme le volant ou le siège, se font électriquement, et chaque utilisateur peut enregistrer son profil ». Dans le domaine de l’attelage des outils, il explique que tout changement butte sur le nombre de parties concernées : les constructeurs de tracteurs et les fabricants d’outils. L’arrivée de nouveaux standards de liaison tracteur-outils aurait aussi pour inconvénient de rendre incompatibles des matériels de générations différentes.

Une force d’innovation

La Fnsea observe que les agricultrices représentent 24% des chefs d’exploitation, mais ne sont que 15% à venir au Sima. Les élues présentes à l’édition 2019 considèrent que les agricultrices forment « une force d’innovation pour le matériel agricole ». Elles appellent les constructeurs à accompagner la féminisation de la profession avec des outils mieux adaptés.

Un dossier Spécial SIMA 2019 pour retrouver toutes les nouveautés:

sima 2019 nouveautés

Un dossier Spécial SIMA 2019 pour retrouver toutes les nouveautés. Il sera mis à jour en temps réel durant les 5 jours de salon.

Entraid Vidéos

Semis direct: 14 outils comparés dans la Somme

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement