La mécanisation, un levier pour agir sur les charges

Dans un contexte d'augmentation des coûts des intrants, l’optimisation des coûts de production et notamment la mécanisation reste, après le prix, un levier actionnable pour passer le cap.

L’optimisation du parcellaire joue également un rôle dans le poids des charges de mécanisation.

Les efforts fournis par les producteurs pour maîtriser les coûts de production ont en grande partie permis d’agir sur les charges opérationnelles. Les charges de structure, quant à elles, restent en moyenne à des niveaux élevés. Au premier rang d’entre elles, figure le coût de mécanisation.

A lire : Pistes pour réduire son coût de mécanisation (Cogedis).

Premièrement, les postes de mécanisation et de matériels sont le carburant-lubrifiant, les frais d’entretien et de réparation, la location de matériel et la délégation, et enfin les amortissements de matériels aussi bien pour les cultures que pour l’élevage. La facture énergétique est en variation constante car liée au cours du pétrole. Certes, les cours actuels sont bien plus bas qu’il y a 5 ans, lorsque le baril flirtait avec les 120$. Mais les dépenses de carburants qui représentent 15% du coût de mécanisation devraient rester chères à long terme.

A lire: Top 5 des astuces pour économiser du Gnr.

Coût de mécanisation: l’attachement des producteurs à leurs outils de production

De surcroît, l’amortissement du matériel continue, lui aussi, d’augmenter. Les économies d’échelle qu’on pourrait espérer en théorie, ne sont pas au rendez-vous. Ce qui traduit l’attachement des producteurs pour leurs outils de production.

Pourtant, réduire ses charges de mécanisation constitue de fait un axe de travail prioritaire. Les décisions prises aujourd’hui auront en effet un impact à long terme sur la santé économique et financière de l’exploitation. Il est donc essentiel que les investissements soient en cohérence avec les objectifs fixés.

Connaître ses coûts pour optimiser son parc matériel

Plus de la moitié du coût de mécanisation est liée à l’amortissement du matériel. Par conséquent, la gestion du coût de production passe par la mise en œuvre d’une stratégie d’optimisation du parc matériel. Réaliser un audit du parc permet de connaître le coût horaire du matériel tracté et de traction. On pourra ainsi déterminer le coût de fonctionnement du matériel en fonction de son degré d’utilisation.

La première solution est de prendre des mesures visant à utiliser le matériel de l’exploitation à pleine capacité. C’est-à-dire augmenter le nombre d’heures d’utilisation par an. Les moyens pour y parvenir peuvent être de répartir l’achat de matériel entre plusieurs exploitations, d’augmenter les surfaces travaillées par une gestion commune de l’assolement, etc.

Faire évoluer son système de production est un autre levier qui permet d’agir sur le coût de mécanisation.

Pour tout savoir sur le coût réel des machines, rendez-vous dans la rubrique Rayons X.

Ne pas oublier d’autres alternatives

Une alternative à l’investissement est la délégation de certains travaux. Cette stratégie est particulièrement rentable pour les exploitations de petites tailles. En effet, les besoins en mécanisation sont importants mais l’utilisation annuelle est trop faible pour rentabiliser les investissements. La délégation partielle, voire totale, est également adaptée aux exploitations ayant peu de main d’œuvre disponible. En production animale, le suivi de l’élevage doit être prioritaire. De plus, via les ETA ou les cuma, l’exploitation a ainsi accès à du matériel de pointe.

Par ailleurs, certaines techniques culturales peuvent également permettre des économies sur le poste de mécanisation si la mise en œuvre ne nécessite pas d’investissements conséquents.

Enfin, l’optimisation du parcellaire joue également un rôle dans le poids des charges de mécanisation. Il est recommandé de choisir pour les parcelles éloignées ou mal configurées des cultures nécessitant peu de déplacement. Et il est nécessaire d’intégrer ces surcoûts lorsque l’on raisonne la reprise de terres à plusieurs kilomètres du siège de l’exploitation.

A lire aussi:

Pour maîtriser ses charges de mécanisation: les calculer.

Charges de mécanisation au plus bas: l’effet cuma.

Charges de mécanisation tracteurs: méthode de calcul rayons X.

Entraid Vidéos

Fidélité à une marque de tracteur : qui est le champion ?

La fidélité a un prix…

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

Fidèle à son concessionnaire ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement