En Lozère, le sursemis, une technique à suivre

C’est à la demande de la cuma d’Aumont, qui souhaite investir dans un outil dédié au sursemis, que la fédération des cuma de Lozère a organisé une démonstration le 7 mai près du Fau-de-Peyre.

La cuma d’Aumont choisira le modèle dans lequel elle va investir au regard de ce qui germera après cette démonstration de sursemis. Crédit photo: Axel Douesnard.

Une dizaine d’outils de sursemis étaient rassemblés et ont pu évoluer devant quelque 250 participants. Trois de ces semoirs avaient d’ailleurs été fournis par la cuma La Joyeuse, le reste par des concessionnaires.

“Ces outils permettent de recharger une prairie, lorsque le semis précédent a souffert, par exemple lors d’un épisode de sécheresse”, explique l’animateur agroéquipement de la fédération, Johan Portalier.

Ils permettent donc de “récupérer” ou d’améliorer le potentiel d’une prairie à moindre coût, sans avoir besoin de labourer ou retourner la prairie pour refaire un semis classique. “Ce sont des outils qui restent coûteux, explique-t-il, l’achat collectif se justifie donc bien”.

La cuma d’Aumont choisira le modèle dans lequel elle va investir au regard de ce qui germera après cette démonstration: les semoirs ont en effet évolué en conditions réelles et semé un mélange de ray-grass (20kg/ha) et dactyle (10kg/ha).

 

A lire également: « Des facteurs à conjuguer pour bien sursemer« 

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement