Un bâtiment XXL à la cuma Gatiplant pour les plants de pommes de terre

En région
un bâtiment pour les plants de pommes de terre en cuma

Le bâtiment de la cuma Gatiplant offre une capacité de stockage de 5.000 tonnes, l'équivalent de la production de 120 à 130 hectares.

12/09/2018 - 16:54

Créée en 2017, la cuma Gatiplant a investi dans un bâtiment destiné au triage-calibrage-stockage-conditionnement des plants de pommes de terre. L'occasion d'en savoir un peu plus sur une filière très organisée et qui protège ses producteurs. Visite guidée.

Partagez cet article: Un bâtiment XXL à la cuma Gatiplant pour les plants de pommes de terre

C’est à Gandevilliers en Essonne, entre Etampes et Milly-la-Forêt, que la cuma Gatiplant a construit un bâtiment de 3.500 m² (dont près de 1.350 m² de frigo). Cela lui permet de gérer les plants de pommes de terre récoltés. «L’organisation en cuma s’est faite naturellement», explique Jean-Yves Dequeant, président de la cuma. «Pour ce type de production, nous allons jusqu’au conditionnement et les bâtiments et matériels coûtent chers.»

Le coût facturé aux adhérents inclut l’utilisation des matériels au champ (fraise, planteuse, butteuse) et le stockage en bâtiment. Il devrait approcher les 5.000 €/ha.

un bâtiment pour les plants de pommes de terre en cuma

Une fois arrivés au bâtiment, les plants sont stockés selon leurs calibres.

Le bâtiment permet d’abriter 5.000 tonnes, soit la production de 120 à 130 hectares, «une unité économique rentable». Au total, 5 exploitations participent à ce projet, dont le budget avoisine les 2,5 millions d’euros. Dans le cadre du PCAE, ce projet a été subventionné à hauteur de 70.000 euros par la Région Ile-de-France.

A lire pour en savoir plus sur le financement du bâtiment: les cuma d’Ile-de-France vs l’administration régionale.

Chacun reste maître de sa production

Le stockage et les moyens de production sont mutualisés. «Mais chaque adhérent reste maître de sa production et décide de la date d’arrachage», explique Nicolas Hottin, producteur et adhérent de la cuma Gatiplant. «Tout est tracé de A à Z». Sur chaque palox, apparaît le nom de la variété, celui du producteur et le numéro de la parcelle où ont été récoltés les plants.

A noter: au champ, la cuma Gatiplant ne travaille pas en buttes de 90 cm comme en pomme de terre de consommation, mais en billons de 180 cm avec 3 rangs parcourus par 2 sillons. Cette structure «permet une meilleure couverture du terrain à la surface et une meilleure conservation de l’humidité à l’intérieur». A la clé, des économies d’eau.

un bâtiment pour les plants de pommes de terre en cuma, plantation

Plantation en billon 3 rangs sur 180 cm de large.

Une qualité reconnue

«Historiquement, les sols de la région ont connu peu de pommes de terre, ce qui donne des plants de qualité et avec un bel aspect», poursuit Jean-Yves Dequeant. Une qualité reconnue. Si aujourd’hui, 80% sont commercialisés aux producteurs français, 20 % partent à l’export vers une dizaine de destinations dont le Mali, le Sénégal, l’Egypte, l’Algérie, l’Espagne et l’Angleterre.

En juin, une délégation d’Ouzbékistan (ministère de l’Agriculture, producteurs, universitaires et techniciens semenciers) est venue visiter les installations de la cuma!

Ce succès s’explique également par le fait que la production française, et particulièrement celle de l’Ile-de-France, est plus précoce que celle des Pays-Bas, son premier concurrent.

un bâtiment pour les plants de pommes de terre en cuma, récolte

Lors des chantiers de récolte 2018, la cuma Gatiplant a obtenu des rendements proches de 80 tubercules récoltés au m².

Une filière (très) structurée

Spécificité en France, la filière des plants de pommes de terre repose sur trois organisations professionnelles (OP) non commerciales: Bretagne Plants, Comité Centre et Sud, et Comité Nord. «L’ensemble des 850 producteurs français sont adhérents à une de ces OP», précise Philippe Laty, directeur du Comité Centre et Sud. Ce sont les OP qui coordonnent les autorisations à produire et qui sont responsables du suivi de la qualité des plants produits. Cette organisation permet de bien défendre les producteurs au niveau des pouvoirs publics.

Les producteurs ne gèrent pas la commercialisation. Ils sont sous contrat avec un collecteur qui est chargé de cette partie. Les prix de vente des plans de pommes de terre démarrent autour des 300 €/t et sont stables d’une année sur l’autre.

Pour en savoir plus sur cette culture, rendez-vous sur http://www.plantdepommedeterre.org/

Publicité
Simple Share Buttons