La justice annule la création de la zone d’aménagement devant accueillir le mégaprojet Europacity

La création de la zone d’aménagement concerté (ZAC) dite du « triangle de Gonesse », qui doit accueillir le mégacomplexe de commerces et de loisirs Europacity au nord de Paris, a été annulée dans un jugement rendu mardi, la justice administrative estimant l’étude d’impact « insuffisante ». Dans sa décision, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise estime que la population et […]

Projet Europacity : la justice annule la création de la zone d'aménagement

La création de la zone d’aménagement concerté (ZAC) dite du « triangle de Gonesse », qui doit accueillir le mégacomplexe de commerces et de loisirs Europacity au nord de Paris, a été annulée dans un jugement rendu mardi, la justice administrative estimant l’étude d’impact « insuffisante ». Dans sa décision, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise estime que la population et les autorités auraient dû être mieux informées « eu égard à l’impact potentiel sur l’environnement » de cette ZAC « qui se traduit notamment par la suppression de 280 hectares de terres agricoles ».

Portée par l’aménageur Grand Paris Aménagement dans le Val-d’Oise, entre les aéroports franciliens de Roissy et du Bourget, la ZAC doit notamment accueillir sur 80 hectares Europacity, un projet d’activités touristiques et culturelles à 3,1 milliards d’euros décrié pour son « gigantisme » et « l’artificialisation » de terres agricoles.

Saisi par plusieurs associations de défense de l’environnement, le tribunal a annulé l’arrêté préfectoral du 21 septembre 2016 créant la ZAC, estimant que l’étude d’impact présentée lors de l’enquête publique au printemps 2016 comportait des lacunes, « ainsi que l’avait d’ailleurs relevé l’autorité environnementale dans son avis du 2 mars 2016 », écrit-il dans un communiqué.



Europacity : les touristes en cause ?

Dans son jugement, le tribunal souligne notamment que les analyses étaient « très insuffisantes » concernant « la question des émissions de CO2 induites par les déplacements de touristes par déplacements terrestres ou aériens, eu égard à la proximité de l’aéroport et dans la perspective de la création d’Europacity » qui entend attirer 31 millions de visiteurs (gratuits et payants) par an.

Pour le tribunal, ces lacunes « ont nécessairement, par leur importance et leur cumul, été de nature à nuire à l’information complète de la population et à exercer une influence sur la décision de l’autorité administrative ». Contacté par l’AFP, le directeur du développement d’Europacity David Lebon a déclaré que cette décision ne portait « pas un coup d’arrêt » au projet, dont le calendrier a déjà été rallongé fin février, quand le gouvernement a reporté de trois ans, à 2027, la construction de la gare du Grand Paris Express desservant le triangle de Gonesse.

Europacity, filiale immobilière du groupe Auchan et du groupe chinois Wanda, voulait implanter d’ici à 2024 un parc d’activités à vocation touristique et culturelle sur des terres encore agricoles autrefois zones de maraîchage destinées à ravitailler Paris.

Entraid Vidéos

New Holland T6 Methane Power, une série commercialisable en 2020

Kubota dévoile la 3e génération de tracteurs M7

John Deere Command Cab: bijou de technologie futuriste

Lindner Lintrac: 136 ch, un écran tactile et la reconnaissance des outils

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement