Quand le bonheur n’est plus dans le pré!

Gestion d'équipe
agriculteurs en situation difficile, Agri accompagnement

La fdcuma de Corrèze a fêté son 50e anniversaire le 5 mars. Les cuma se fondent sur des valeurs humaines mises au premier plan lors du spectacle donné par Jean-Pierre Dupin «Le bonheur est dans le pré, mais l’étable est vide!» .

07/03/2019 - 14:00

Le 5 mars, lors de son cinquantième anniversaire, la fdcuma de Corrèze a célébré les vertus de la solidarité professionnelle face au malaise agricole. Avec en point d’orgue, une pièce spécialement écrite et interprétée sur ce sujet particulièrement sensible.

Partagez cet article: Quand le bonheur n’est plus dans le pré!

«Le bonheur est dans le pré, mais l’étable est vide !», c’est le titre de la pièce écrite et interprétée par Jean-Pierre Dupin, comédien professionnel. Ce spectacle conçu en lien avec la fédération des cuma de Dordogne a été donné pour la première fois en 2018.

Une succession de scénettes débridées nous fait toucher du doigt l’âpreté de la réalité paysanne. Celle-là qui peut conduire au pire, des femmes et des hommes désespérés. Au-delà des difficultés économiques, c’est aussi l’isolement qui affecte de nombreux agriculteurs, dont il est question. Malgré le caractère sombre de ce sujet trop souvent tu, le public sourit volontiers aux situations cocasses jouées sur scène.

Le spectacle est aussi l’occasion d’une prise de conscience qui invite chacun à réagir sans attendre, pour ne pas laisser seul son voisin en déshérence. «Ne jamais laisser personne s’enliser» pourrait être la devise de cette représentation qui a toute sa place dans une assemblée de cuma, eu égard aux rôles déterminants, à la fois économique et social, qu’elles occupent dans le microcosme agricole.

Jean-Pierre Dupin, auteur et interprète de la pièce « Le bonheur est dans le pré, mais l’étable est vide! », donnée le 5 mars, à Tulle, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fdcuma.

Au terme de la prestation remarquable de Jean-Pierre Dupin, Christophe Rey de la chambre d’agriculture a présenté tous les tenants et aboutissants du dispositif «Agri’Accompagnement» dont l’objectif est de détecter le plus en amont possible les exploitations en difficulté pour trouver des solutions adaptées…

Détecter en amont

Le principe des organisations participantes à cette action est bien sûr la confidentialité. Aucun représentant professionnel élu ne siège dans le comité constitué par un collectif de partenaires: chambre d’agriculture, collectivités territoriales, DDT, GDS, Banque de France, MSA…, auxquels se sont rajoutés de nouveaux partenaires: vétérinaires, banques, experts comptables, coopératives agricoles, Solidarité Paysans.

La première étape recherchée est de repérer les agriculteurs en souffrance grâce à la mise en place d’un numéro vert (0 800 80 80 87) et d’une adresse mail (agriaccompagnement.gmail.com). Si l’intéressé en est d’accord, son signalement est diffusé aux partenaires d’Agri’Accompagnement afin que chacun recueille les éléments dont il dispose.  A l’issue de ce travail, le comité étudie chaque dossier. Puis un référent est désigné et un audit est réalisé en cas de difficulté économique. Dernière étape: un plan d’action est proposé à l’agriculteur concerné.

 

Cette représentation a toute sa place dans une assemblée de cuma, compte tenu du rôle à la fois économique et social qu’occupent celles-ci dans les territoires agricoles.

Plein d’outils pour dépanner!

De nombreux outils d’accompagnement sont mobilisables pour aider chaque personne, embourbée dans les difficultés, à sortir de l’ornière. Christophe Rey en a dressé la liste: coups de pouce financiers (aides FAC, aides à la relance des exploitations, aides à la reconversion), intervention d’un médiateur du crédit, mis en place de procédures collectives, remise gracieuse de la taxe foncière, report ou prise en charge des cotisations sociales, aide à la reprise des comptabilités, aide au répit, soutien personnel avec Agri-soutien, accompagnement par un agriculteur bénévole, financement des consultations de psychologue… Cependant au-delà des moyens, c’est d’abord la volonté de ne laisser personne sur la route, qui sera déterminante.

A lire aussi:

Agriculteurs endettés et en difficulté 

Isolement des agriculteurs : un partenariat cuma – MFR 

Publicité
Simple Share Buttons