Une coop spécifique pour acheter des semences

L’organisation collective des agriculteurs est parfois très ciblée et néanmoins efficace. Un exemple avec la C-S2B, une coopérative dédiée à l’approvisionnement en semences de betteraves.

La semence, un enjeu fort qui mérite qu'on s'organise solidement.

La filière betterave compte une coopérative particulière dédiée à l’achat de semences. La C-S2B, Coopérative de semences et services des betteraves, a une dizaine d’années. Elle compte 3 300 adhérents pour 14 salariés saisonniers. Il existait précédemment des syndicats d’approvisionnement locaux. Mais ils ont fusionné sous l’impulsion des planteurs de betteraves. Toutefois, cette coopérative dépasse le stade du groupement d’achat destiné à faire baisser les prix.

C-S2B : du poids sur la génétique

La C-S2B, comme indiqué dans sa communication, « donne un poids politique et économique aux planteurs pour défendre une orientation de la sélection génétique tournée vers l’optimisation de leur revenu ». En clair, elle aide les planteurs à se fournir en variétés qui fournissent du rendement. Cela en se basant sur les résultats techniques des essais de l’ITB. Les sucreries ont selon eux trop tendance à mettre en avant des variétés plus avantageuses pour la transformation industrielle.

Ristourne

De surcroit, le poids de la C-S2B lui confère des arguments pour dialoguer avec les semenciers. Cette coopérative d’un genre particulier demande 5 € de parts sociales par tranche de 5 ha de betteraves et pour 5 ans. Elle remet également une ristourne en fait de saison.

La cuma de la Voie Romaine (Seine Maritime) compte quelques adhérents parmi ses membres. En outre, son semoir 12 rangs implante chaque année près de 250 ha de betteraves. Hubert Commare, son président, commente : « Au début, nous avons été intéressés par le côté défense du producteur de la C-S2B, et parce qu’elle reprenait les doses non utilisées ». Au fil du temps, les adhérents de la cuma membres de la coopérative ont mis en place des échanges pour ajuster en commun les commandes de semence aux besoins de la saison.

Au final, la C-S2B développe différents services allant de la livraison des semences sur l’exploitation à l’assurance re-semis pour les aléas climatiques. En 2020, elle a commercialisé 32 650 unités de betteraves, l’équivalent de plus de 27 000 ha. Ses adhérents ont réalisé une économie de 7,5% sur le prix d’une unité de semence.

En complément sur la filière betteraves :

Autorisation cadrée des néonicotinoïdes pour 2021

La fin d’une filière en Auvergne.

Entraid Vidéos

De l’électrique à la robotique dans les vignes

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

Un bec pour la moisson du chanvre

Comment se lancer dans le semis direct?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement