Conduite en mode automatique: osez le paramétrage

Souvent très appréciée pour sa facilité, la conduite en mode automatique avec programmation d’usine permet à l’ordinateur de bord de gérer le moteur et la transmission en fonction de l’effort. Une solution qui peut avoir quelques inconvénients.

Aujourd’hui, certains modes automatiques peuvent être paramétrés par les chauffeurs.

Lors d’une conduite en tout automatique avec une transmission à variation continue c’est le tracteur qui gère. L’électronique règle le régime et la transmission en fonction de paramètres d’usine. Pourtant, il peut arriver que le mode automatique ne soit pas adapté au travail à réaliser et à l’effort demandé au moteur.

Un tracteur poussif

Le cas, qui nest pas unique, s’est présenté à un agriculteur dans l’Ain. Le tracteur de 270ch était attelé à une tonne à lisier de 20000l. Le travail s’effectuait en mode automatique et le tracteur était vraiment poussif, il ne donnait vraiment pas l’impression d’avoir ses 270ch. Pour savoir à quoi s’en tenir, il a été décidé de passer le tracteur au banc. Résultat: il faisait bien la puissance annoncée. En revanche, le couple maxi se situait à 1600tr/min et le mode automatique pré-programmé ne faisait réagir la transmission qu’à partir de 1500tr/min, donc sous le couple maxi. A ce stade, le moteur ne peut plus rattraper son effort. Dans ce cas, la fonction automatique fera donc diminuer la vitesse en restant en dessous du couple maxi, ce qui fait que le tracteur n’avance pas en fonction de ses réelles capacités, il ne force pas et le débit de chantier diminue.

3l/h en moins et 2 voyages en plus

Mais aujourd’hui, la tendance est que certains modes automatiques peuvent être paramétrés par les chauffeurs. Après le passage au banc, l’agriculteur savait que le couple maxi se situait autour de 1600 tr/min. Il a donc, sur les conseils du technicien du banc d’essai, paramétré les automatismes de manière à ce que la boite réagisse avant le haut de la courbe de couple, c’est-à-dire avant que le régime moteur passe sous la barre des 1600tr/min. Résultat avec ce nouveau paramétrage: un gain en terme de débit de chantier allant jusqu’à 2 voyages de lisier supplémentaires en une journée. De plus, le gain concernant la consommation de GNR a été évalué à 3l/h d’économisé.

conduite des tracteurs et passage au banc

Le passage au banc permet de connaitre les caractéristiques de son moteur pour paramétrer les automatismes.

Connaitre son moteur pour rentabiliser l’investissement

Par rapport à la norme OCDE, les normes utilisés par les constructeurs majorent les performances du moteur de plus de 10%. En effet, les mesures sont effectuées sur le volant moteur, avec souvent un système de refroidissement externe, et sans tenir compte de la puissance absorbée par la transmission. Il est donc intéressant de passer son tracteur au banc. Ainsi il devient possible de paramétrer les modes automatiques, en prenant en compte les caractéristiques de son moteur comme le couple ou la consommation spécifique.

Entraid Vidéos

Kit de filtration catégorie 4 pour les New Holland T6 et T7

Les robots deviennent réalité en grandes cultures

Un semoir à disques inclinés en direct du terrain

Avis Xerion Saddle Trac Kaweco : l’automoteur valide le test

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement