Comment se protéger tous ensemble?

Bien sûr, on peut éviter de se croiser. Mais les coronavirus humains peuvent survivre jusqu’à 9 jours sur des surfaces à température ambiante. Comment organiser la vie de groupe à l’heure de la pandémie? 

Le lavage des mains est plus que jamais recommandé.

Les coronavirus humains peuvent survivre de longues heures sur les surfaces inertes à température ambiante: des études sur ces virus (apparentés au Covid 19) attestent d’une durée de survie jusqu’à 9 jours sur plastique, métal ou verre.

Quant au Covid 19, les dernières études indiquent qu’il survivrait 3 heures en suspension dans l’air, 4 heures sur le cuivre, 24 heures sur le papier et jusqu’à 3 jours sur une bouteille en plastique ou sur une poignée de porte en acier.

Lire également: « Comment protéger les salariés de cuma? »

Ajoutons à cela qu’une bonne partie des porteurs du coronavirus 19 ne se rendent pas compte qu’ils sont atteints et contagieux (84% sont peu symptomatiques). La priorité, dans les groupes qui partagent des matériels, est donc d’éviter de disséminer et contaminer.

Premièrement: les gestes barrière

 

Et voici la suite, à mettre en oeuvre en cuma.

Intraitable sur toutes les surfaces

Tout d’abord, identifier les surfaces les plus fréquemment touchées par les adhérents ou les salariés: poignées (hangars, véhicules), machine à café, volants, joysticks, leviers de vitesse, boutons de commande, claviers, tablettes, téléphones portables, sièges…

Une fois ces « points chauds » identifiés, rédiger sous forme d’affiches les consignes de nettoyage: chaque utilisateur ou passant doit désinfecter avec soin ces surfaces après chaque usage.

Les consignes de propreté, nettoyage et désinfection doivent être inratables pour tous les utilisateurs (matériels agricoles, informatiques, hangar, véhicules), simples et graphiques. A afficher sur les matériels, dans les cabines ou dès l’entrée du hangar.

Mettre à disposition, et visibles de tous, des lingettes désinfectantes en nombre (et des sacs poubelle), voire des gants jetables, dans les hangars et toutes les cabines d’automoteurs, et près des ordinateurs.

Mettre à disposition du gel hydroalcoolique si vous en trouvez. Que ce soit le cas ou pas,  assurez-vous de l’approvisionnement en savon et de serviettes (si possible jetables) pour lavage et séchage des mains au hangar.

A lire également : « Les adhérents de cuma face au Covid 19 »

Tous ces consommables (savon, serviettes, gel, poubelles, consignes) doivent être inspectés et renouvelés régulièrement. L’intérêt du groupe? Pouvoir répartir des tournées pour éviter que ce soient toujours les même qui “s’y collent”.

L’art de s’éviter

Les consignes du ministre de la Santé sont claires: maximum 5 contacts par jour. Un quota vite dépassé en cuma… Comment s’organiser les chantiers sans pour autant se croiser?

Les téléphones portables (désinfectés :)) sont en première ligne pour savoir où chacun se trouve. Mais les cumistes peuvent aussi s’organiser aussi via un groupe Whatsapp (appli pour smartphone) de manière à éviter de s’appeler tout le temps.

Les groupes les plus complexes peuvent travailler autour de agendas partagés en ligne, du type MyCuma Planning & Travaux ou encore Google Calendar. L’idée: pouvoir réserver les matériels à distance (avec des droits d’accès différenciés pour l’outil MyCuma) et visualiser l’organisation des chantiers d’un coup, à tout moment.

En restant groupés… virtuellement

Afficher la fermeture de la cuma aux personnes extérieures par tous les moyens: affiche, réseau sociaux, répondeurs…

Multiplier les contacts virtuels: le confinement doit rester physique. Pour tenir, même psychologiquement, continuer à faire vivre le groupe et s’organiser dans une période printanière chargée, n’hésitez pas à garder le rythme de vos réunions à l’aide d’outils numériques.

Quelques outils numériques peuvent vous aider.

Se réunir de chez soi

Pour se réunir de chez soi, difficile de faire mieux que les outils de visioconférence du type Jitsi (logiciel libre), Zoom ou GoogleHangOut. Les versions actuelles sont bien faites et permettent un certain confort jusqu’à 8-10 participants.

Créer des documents à plusieurs

L’application FramaPad (du réseau libre FramaSoft) se distingue par sa simplicité. Il suffit de nommer le document (ou « pad ») et d’envoyer aux autres contributeurs le lien généré. Chacun se voit attribuer une couleur et voit le document évoluer en direct. La version finale peut être exportée au format texte ou pdf. Il existe des logiciels “propriétaires” plus connus comme WordOnline et GoogleDoc.

Même dichotomie du côté des tableurs, avec du côté des « propriétaires » : ExcelOnline et GoogleSheet. Du côté des « libres » : FramaCalc.

Consulter ou voter

Et pour finir un petit outil bien pratique pour voter en ligne ou poser des questions en réunion, même de façon anonyme: Sli.do

A lire également : Le Dossier spécial Coronovirus d’Entraid

Entraid Vidéos

Comment trouver la bonne distance managériale?

Ai-je le droit d’interdire l’usage de son portable à un salarié?

Mécanicien en cuma, un métier riche

[Recrutement] Différencier compétence et aptitude

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement