Comment rafraîchir la stabulation et à quel prix?

Ventilation, brumisation ou douchage bien pensées aideront le troupeau à surmonter les périodes de stress thermique. Mais attention, l’investissement insuffisamment muri peut même devenir contre productif.

Les ventilateurs, brumisateurs et autres douches ne seront satisfaisants que si l’éleveur a déjà réglé les bases dans son bâtiment (©Idele).

Le ventilateur se pose en emblème des parades à la menace grandissante du coup de chaud en stabulation. La conception du bâtiment, la cohérence des ouvertures… comptent parmi les préalables à l’ajout de tels équipements. Cependant, si ces premières solutions sont mises en œuvre mais qu’elles s’avèrent insuffisantes, «la ventilation mécanique de la stabulation peut être un recours», explique la conclusion d’un travail de la filière laitière.

Bertrand Fagoo (Idele), lors d’une conférence au Space, pose un objectif et un idéal. «L’objectif est d’installer, au niveau des animaux, un déplacement de l’air d’au moins 1m/s. L’idéal est même d’approcher les 2m/s. Ceci dit, aller au-delà de vitesses de 3 ou 4m/s, n’est pas non plus souhaitable.»

Ventilation mécanique de la stabulation: 45 à 80€/VL/an

Le marché propose une diversité de solutions techniques. Du ventilateur à flux horizontal, jusqu’à la gaine à pression positive, chacune dispose de ses avantage. Chacune présente par la même occasion ses inconvénients et ses contraintes. En préambule, l’expert se montre rassurant quant aux performances des dernières générations de matériels. Reste que leur installation et leur utilisation demandent une approche globale.

ventilation mécanique de la stabulation

La gaine de ventilation à pression positive est peu gourmande en électricité. Contrairement aux ventilateurs à pales, elle est une solution possible dans les bâtiments de faible hauteur. En revanche elle propose des vitesses d’air au niveau de l’animal limitées. Elle a aussi une largeur d’action restreinte (©Idele).

Homogénéité

La documentation pointe un coût annuel de l’ordre de 45 à 80€/VL/an, «pour un équipement correctement conditionné en ventilation mécanique.» Ainsi, le plan d’action propose que «si l’idéal d’un équipement sur toute la zone de vie ne peut être atteint», par exemple pour raison économique, il convient au moins de privilégier «les zones où les animaux sont serrés par obligation.» Le rapport pointe en premier lieu l’aire d’attente (en cas de traite conventionnelle). Dans le cas d’une traite robotisée en revanche, «l’erreur serait d’équiper uniquement la zone d’accès au robot», puisque cela induirait un phénomène d’agglutinement. En définitive, l’installation pénaliserait l’accès à la stalle.

Les erreurs à éviter avec la ventilation mécanique
- Ne pas avoir gérer la question des rayonnements dans le bâtiment
- Ne pas avoir d’ouverture et de renouvellement d’air du bâtiment
- Choisir un équipement peu performant
- Sous-investir, cela conduira à créer des zones préférentielles
- Mal implanter ses équipements
- Négliger l’entretien de ses équipements.

Même cause, même conséquence, l’équipement des zones de couchage et d’alimentation devra procurer une certaine homogénéité de la circulation de l’air. Sous-investir compte en effet parmi les erreurs à éviter (voir encadré). Si la vitesse de l’air n’est satisfaisante que sur quelques zones restreintes, les animaux s’y entasseront. «Vis-à-vis du stress climatique, ce sera contre-productif.» Le positionnement, l’orientation, l’inclinaison… des ventilateurs doivent s’adapter à chaque bâtiment. L’improvisation n’a pas sa place dans cette décision.

Bâtiment d'élevage laitier équipé de ventilateurs

Les ventilateurs à flux horizontal ont bien gagné en efficience par rapport aux modèles, d’ancienne génération (©Idele).

La liste des actions de lutte contre les coups de chaleur se termine avec l’eau. Deux techniques existent. La brumisation est la première. Elle rafraîchit l’environnement de l’animal, tandis que le douchage a une action directe sur la température corporelle. L’eau aide grandement à exporter la chaleur. Néanmoins, elle s’emploie avec précaution, quel que soit le système.

Brume et bonne douche bien fraîche

D’une part, les équipements peuvent être gourmands, en investissement, en régularité d’entretien et/ou en eau. D’autre part, «la vache est sensible à l’hygrométrie élevée», souligne Bertrand Fagoo. «Plus l’atmosphère est humide, plus elle peinera à supporter la chaleur.» Ainsi, dans des bâtiments (ou zones) insuffisamment ventilés, voire dans certaines régions littorales, cette solution semble d’emblée inadécquate. «Dans nos territoires, ce n’est pas encore la priorité d’aller vers ce genre d’investissements.» Ces derniers sont, quoiqu’il en soit, complémentaires de tout le reste, y compris de la ventilation. Car la vache demandera à être sitôt arrosée, sitôt sèche.

Retrouvez la synthèse de l’étude financée par le Cniel.

À lire aussi

Sécheresse et canicule, gérer l’urgence fourragère et envisager l’avenir.

Canicule: la vache qui se rafraîchit.

Adapter son bâtiment d’élevage au stress thermique.

Entraid Vidéos

Bientôt un toaster de protéagineux dans le Grand Est ?

20 km/h pour le combiné de semis Aquila

Récolte du tournesol: une nouvelle coupe Poget

Quels sont les tracteurs les plus rapides du monde ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement