Quel est l’impact de l’éclatement du grain sur la performance laitière ?

Trois types d’ensilage ont été testés pour juger des effets de l’éclatement du grain et de la taille des particules du maïs ensilage sur les performances laitières. Au final, peu de différences.

Trois types d’ensilage maïs ont été testés sur des laitières sans qu’aucune différence de lait brut, taux butyreux, taux protéique, cellules et de poids vif, n’ait été observée entre les 3 modalités.

Arvalis et l’Institut de l’Elevage se sont associés pour évaluer les effets de la qualité de l’ensilage maïs sur les performances zootechniques des vaches laitières. Cette expérimentation s’est déroulée à la ferme expérimentale des Trinottières (Maine et Loire) au cours d’un essai mené sur 2018-2019. Dans trois rations complètes de même composition, trois types de maïs ensilage ont été distribués à 3 lots de 21 vaches laitières chacun:
éclatement du grain faible avec éclateur classique ( 4 mm) et brins courts (13 mm)
éclatement élevé avec éclateur classique (1 mm) et brins courts (12 mm)
éclatement élevé avec éclateur rainuré (1, 25 mm) en croix et brins longs (25 mm).
Les trois silos concernés ont été ouverts 1 mois après la date de récolte et consommés à une vitesse d’avancement de 15 cm par jour. Un protocole d’expérimentation rigoureux a été mis en place du point de vue de l’allotement des animaux concernés et de leur alimentation. Puis des contrôles et analyses.

Peu de variation

«L’ingestion, le lait brut, les quantités de matières protéiques et de matières grasses, le taux protéique et le taux butyreux, les comptages cellulaires, le taux d’urée et le poids vif des vaches laitières ne diffèrent pas» ont observé les responsables de l’essai. A propos de la modalité d’essai avec un serrage de l’éclateur à 4 mm, ceux-ci précisent que ce maïs ensilage «reste attaqué un minimum et ne présente pas un grain entier». Ce qui expliquerait l’absence de différences. Parallèlement, la longueur de coupe n’a pas eu d’effet non plus sur les quantités ingérées et les performances de production.

Niveau d’éclatement «moyen»

Ces résultats n’autorisent pas cependant à faire n’importe quoi: «l’éclatement du grain reste un point essentiel pour une bonne digestibilité de l’amidon» rappellent les conseillers de l’Institut de l’Elevage qui jugent qu’un niveau d’éclatement « moyen » et un délai d’ouverture du silo suffisant, permettent d’obtenir une bonne valorisation de la ration. En outre, «Si les bonnes pratiques de rationnement sont respectées, l’apport de brins longs n’a d’effet ni sur l’ingestion, ni sur les performances de productions laitières».

A lire aussi:

S’organiser pour une bonne qualité d’ensilage 

L’ensilage de maïs en brins longs 

Choisir sa date d’ensilage maïs 

 

Entraid Vidéos

2.000 € d’économies de litière

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

A la ferme aquaponique, entre les légumes et les poissons, le courant passe

Presser la paille de maïs demande des précautions

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement