Drôle de nom !

Petit florilège des noms de cuma les plus surprenants.

On trouve parfois des drôle de noms pour les cuma.

Cuma de la Pierre Branlante : c’est au cœur des monts du Forez que cette cuma a puisé son nom. Cette zone de montagne granitique, au nord-ouest du département, est parsemée de mégalithes dont un, en équilibre sur son socle naturel.

cuma de l’Assiette Bovine : pour ces éleveurs landais de la commune de Samadet, le nom de leur cuma était tout trouvé. En effet, le village est spécialisé dans la production de faïence culinaire, particulièrement pour les assiettes bovines.

cuma de l’Ar C’hazh Koad : située à Riec-sur-Belon dans le Finistère,  les agriculteurs se sont inspirés de leurs racines bretonnes pour nommer leur cuma. Ils ont choisi  l’écureuil, appelé aussi le chat des bois, soit en breton Ar C’hazh Koad.

cuma Sutra : des rires et un bon sens de l’humour. A La Motte, dans le Var, les 5 adhérents se sont un jour réunis pour donner un nom à leur cuma durant une réunion de travail : l’apéro… et la cuma Sutra est née. N’y voyez aucune volonté de choquer, mais plutôt un bon moyen de se souvenir de cette jeune cuma viticole créée en 2011.

cuma des Cochons Bourrus : elle tire son nom des néo-ruraux qui se sont installés en Ardèche au début des années 70 et qui étaient surnommés « bourrus » par les Ardéchois de souche.

cuma des Larrons : ne cherchez pas de voleurs à la cuma des Larrons. Les fondateurs de cette nouvelle cuma de la Somme font seulement référence au chemin des Larrons qui traverse leurs exploitations.

cuma au Cœur de l’Yon : ce n’est pas Richard qui a inspiré ce nom mais une rivière vendéenne. Initialement composée de deux cuma, elles ont fusionné en 2008 pour n’en former qu’une.

cuma Blonde : les adhérents de la cuma Blonde ne prennent pas les brunes pour des prunes!  Pas plus qu’ils n’élèvent de Blondes d’Aquitaine dans leurs exploitations picardes. En fait, ils font simplement référence au tabac qu’ils produisent grâce à du matériel partagé en cuma.

cuma de la Vallée de la Trouille. Cette cuma transfrontalière doit son nom à un cours d’eau qui sépare la France de la Belgique et se jette dans l’Escaut.

cuma du Péage : rassurez-vous, il n’y a pas d’autoroute près de Thiel-sur-Acolin. Elle doit son nom à un lieu-dit. Plus besoin de s’acquitter d’un droit de passage aujourd’hui, mais c’était bien le cas, il y a plusieurs siècles, pour toute personne souhaitant emprunter le porche.

 

Entraid Vidéos

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

L’ambiance studieuse du Salon aux champs

Jouer à Super Mario Bros sur l’IntelliView d’un tracteur New Holland

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement