Comment économiser du carburant avec son tracteur?

La fdcuma, en partenariat avec le conseil départemental, la chambre d’agriculture et la communauté d’agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse, a mené une étude à partir de cas concrets sur la consommation de carburant des tracteurs. Des résultats qui interpellent.

Avec le banc d'essai moteur, la fdcuma s'est dotée de plusieurs outils comme une valise de diagnostic, des pesons, un analyseur de gaz de combustion...

Tout part d’un constat pour économiser le carburant de son tracteur. «Depuis vingt ans, quand on étudie les charges de mécanisation, on se rend compte qu’il faut toujours autant de litres de carburant pour labourer ou faucher un hectare», introduit Franck Loriot animateur machinisme et technicien du banc d’essai Top Moteur Sud-Est. «Pourtant, pour ces travaux, il n’y a pas eu de changement dans la manière de travailler ou d’augmentation de débit de chantier. Alors pourquoi nos tracteurs, qui sont économiques en carburant ou vendus comme tel n’arrivent pas à faire diminuer les charges en carburant

économiser le carburant de son tracteur, banc essai

Le passage au banc: un bon moyen de connaître les spécificités de son moteur afin de mieux pouvoir l’utiliser.

Ainsi, fort de ce constat, la fdcuma a mis son matériel d’analyse, son savoir-faire et son expertise au service d’une étude sur l’entretien du matériel et les habitudes de conduite. L’objectif: montrer comment ces deux points peuvent influencer la consommation de carburant du tracteur. Et surtout comment économiser du carburant avec son tracteur.

Huit chantiers différents pour économiser du carburant avec son tracteur

En outre, la fédération a sélectionné huit agriculteurs ou cuma. Ces derniers n’avaient jamais fait appel au service du banc d’essai moteur. Afin de représenter au mieux les différentes productions du territoire, l’étude rassemble huit chantiers et productions différents.

économiser le carburant de son tracteur chantier de transport

Chantier transport: plus de 30% d’économie en changeant quelques paramètres de la variation continue.

Dans un premier temps, l’agriculteur réalise une partie du chantier avec ses habitudes de conduite et d’entretien du tracteur. Durant cette première phase, la consommation de carburant est enregistrée. Ensuite c’est au tour du technicien d’intervenir. Le tracteur est passé au banc avec mesure des consommations de carburant et aussi des gaz d’échappement. Un entretien moteur est réalisé avec remplacement du filtre à air, ajustement de la pression des pneus en fonction de l’outil attelé, réglages des outils s’il y a lieu. Dans la plupart des cas, l’huile moteur est remplacée par de l’huile à faible teneur en cendres sulfatées, phosphore et soufre, adaptée aux dernières générations de moteurs. Enfin, un additif carburant déjà testé par la fdcuma est aussi ajouté. L’agriculteur reprend ensuite le chantier avec les préconisations de conduite données par le technicien après le passage au banc moteur. Un second enregistrement de la consommation est alors enregistré.

42% de gain de consommation

Finalement, parmi les huit chantiers, quelques-uns sont très parlants.

Chez un maraîcher, équipé d’un tracteur de 2.600h et d’une buteuse à planche. Le travail d’entretien sur le moteur a été de changer le filtre à air, réaliser une vidange avec changement du filtre et ajout d’additif carburant. Après avoir pesé l’ensemble tracteur-outil, la pression dans les roues arrière a été modifiée. Après le passage au banc, la consigne a été donnée de faire passer le régime moteur de 1.500 à 1.300tr/min pour le même travail. Au final pour ce chantier la différence de consommation avant et après l’entretien est de 42%.

Dans le second chantier, un tracteur équipé d’une boîte à variation continue est attelé à un plateau chargé de fourrages et réalise un circuit de transport sur une distance de 16km. L’agriculteur privilégie le mode automatique de la boîte à variation continue. Les résultats pour le parcours sont un temps de 35min et une consommation de 10,6litres. Pour info cela équivaut à une consommation de 66litres/100km.

Faire baisser de 7% le régime moteur

Après passage au banc et entretien moteur, la conduite a été modifiée en diminuant le superviseur de sous-régime de 7%. Cela équivaut, avec une boîte mécanique, à faire baisser de 7% de plus le régime moteur avant de changer de vitesse. Dans cette configuration, la consommation pour le trajet est tombée à 9,20 litres. Soit 15% d’économie avec un temps de trajet équivalent.

Seconde modification en prenant la main sur les automatismes de la boîte de vitesses. Une nouvelle consigne a été enregistrée avec une butée haute et basse de régime moteur respectivement à 1.600 et 1.800tr/min. Après le passage au banc, cette consigne représente la plage optimum de puissance avec une consommation spécifique maîtrisée. Avec cette nouvelle programmation, les résultats sont un temps de parcours diminué de 3% soit 1 minute et une consommation de 7,20litres soit 32% de moins qu’en mode tout automatique.

A lire également:

Top 5 des astuces pour économiser du Gnr.

John Deere 9RX ou Case IH Quadtrac, qui consomme le moins?

Pourquoi passer son tracteur au banc d’essai?

Entraid Vidéos

Devenez le « Top Chef » de vos vaches et jeunes bovins

L’assureur encourage la lutte contre l’incendie

L’autonomie, la vraie!

Les cuma confirment leur leadership sur la robotique

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement