Connais toi-même ton moteur et optimise ses performances

Le passage au banc d’essai dure moins d’une heure. Il donne des clefs pour mieux utiliser ses tracteurs tout le reste de l’année. Présentation.

La cuma de Tennie (72) a réuni une douzaine de tracteurs sur son site pour un passage au banc moteur Aile.

Tous les ans, le réseau cuma propose aux chefs d’entreprise agricole de passer leur tracteur au banc d’essai. Cette année, l’outil de diagnostic était dans la Sarthe aux premiers jours du printemps (les 23 et 24 mars). Sur ces deux jours, une quinzaine d’engins s’est présentée. Le service est même victime de son succès. Une seconde session de passage au banc d’essai en 2021 est prévue dans quelques mois. Et il y a déjà des inscrits.

Un diagnostic complet en trois quarts d’heure

Le diagnostic pour un tracteur prend quarante cinq minutes. Il consiste en une mesure de la puissance à la prise de force (en kW), du couple (en N.m) et de la consommation (en g/kW/h). Connaître ces caractéristiques pour son moteur est le premier intérêt du diagnostic. Précisons que les puissances annoncées par les constructeurs ne tiennent pas compte de différents systèmes, comme le refroidissement et les pertes au niveau de la transmission. Avec un passage au banc, l’agriculteur (ou la cuma) détecte ainsi d’éventuels problèmes de puissance.

Dans le cas d’un achat récent du tracteur, ou à l’approche d’un renouvellement imminent, cette vérification apporte la connaissance réelle de la puissance. En effet il peut y avoir des déceptions lors du renouvellement d’un tracteur si la puissance du nouveau n’est pas à la hauteur des attentes par rapport à l’ancien. C’est un exemple.

Passer tracteur banc essai: un investissement à rentabiliser

Consacrer ce temps pour parfaitement connaître un tracteur que l’on utilise toute l’année est aussi une occasion d’en améliorer sa conduite. Dans certains cas, les courbes moteurs ne sont pas bien connues. Cela engendre des pertes de débit de chantier, les surconsommations de carburant s’accumulent. Quand les constats que le tracteur ne développe pas la puissance annoncée motivent un passage au banc, souvent, le problème trouve des solutions simples.

En effet, il peut être dû, par exemple à des régimes moteur inadaptés en fonction des utilisations. Sur des transmissions avec des modes automatiques, les paramétrages peuvent conduire à ce type de conséquences (utilisation sous le couple maximum). À la lumière des courbes, l’opérateur acquiert les moyens pour viser cette plage optimale, notamment en passant par un paramétrage manuel.

Tarif de base du passage au banc: 140€ HT par tracteur. Renseignement auprès de votre fédération.

Dans la Sarthe: 02 43 23 77 37 ou benjamin.boivin@cuma.fr.

À lire aussi

Le top 5 des astuces pour économiser du GNR.

Conduite en mode automatique: osez le paramétrage.

La transition énergétique à l’œuvre.

Entraid Vidéos

Combien mesure la plus grosse barre de coupe ?

Devenez le « Top Chef » de vos vaches et jeunes bovins

L’assureur encourage la lutte contre l’incendie

L’autonomie, la vraie!

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement