ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

« Faire du blé ». Financement participatif pour les Landais de Haria Blanca

Partager sur

« Faire du blé ». Financement participatif pour les Landais de Haria Blanca

La coopérative landaise a parcouru avec succès les premières étapes du financement participatif. Lui reste à transformer l'essai.

Les 15 adhérents de la coopératives Haria Blanca souhaitent construire un moulin pour transformer environ 200 tonnes de céréales par an en farine. Ils se lancent dans un financement participatif sur Miimosa.

C’est un belle initiative qui passe par la case financement participatif.

La coopérative Haria Blanca, ce sont 15 paysannes et paysans landais. Ils se sont regroupés au sein de la structure pour porter un projet de développement agricole. Leur objectif, construire un moulin pour transformer environ 200 tonnes de céréales par an.

La Fédération nationale des cuma a d’ailleurs récompensé en 2021 le projet du groupe Haria Blanca, qui a reçu un Trophée des cuma.

Le projet s’inscrit dans le sillage du projet Oléandes.

Lire aussi [Crowdfunding] Conseils pratiques des plateformes de financement participatif

Un financement pour sortir de la monoculture

« C’est en 2017, que germe l’idée de cultiver des céréales d’hiver, comme le blé ou le seigle, dans nos fermes. Dans notre département, la monoculture de maïs est omniprésente et nous avions envie de changer ce paysage et de maîtriser de nouveau la commercialisation de nos productions », précisent-ils sur la page du site Miimosa qui présente leur projet de financement participatif. Lequel s’intitule « Faire du blé! »

Ces agriculteurs bio et conventionnels souhaitent en effet diversifier leurs rotations. Et trouver une valeur ajoutée aux céréales d’hiver, à faible potentiel dans le département des Landes.

Les adhérents prévoient de stocker le grain dans des cellules en bois. Car en plus du choix d’un matériau écologique, cela permet une meilleure conservation des céréales durant l’année.

Le groupe a choisi un moulin à meule de pierre car il permet d’obtenir une bonne qualité de farine, et de garder tous les nutriments et les qualités gustatives.

La qualité, une priorité

Du semis des grains de blé à la mise en sachet de la farine, la qualité est une valeur essentielle pour ce collectif qui développe ce nouveau produit sur le département.

C’est pourquoi, les adhérents ont construit un cahier des charges pour définir les règles de production au sein du groupe. Mais aussi assurer une transparence totale sur des pratiques pour les futurs clients.

Une fois les moutures réalisées, les farines seront tamisées via un plansifter (un gros tamis). Puis stockées en chambre froide avant d’être commercialisées en sac de 25kg pour les professionnels et de 1 kg pour les particuliers.

Une marque : « Faire du blé »

Pour préserver la vision mutualiste de l’agriculture, et pour être toujours plus fort en groupe, ils ont fait le choix osé d’une marque commune “Faire du blé”.

Les premières étapes de cycle de financement participatif se sont bien déroulées. La troisième phase est en cours.

Pour plus d’information, retrouvez aussi ces articles sur www.entraid.com :

Crowdfunding: un marathon au rythme du sprint

Méthanisation: le crowdfunding débloque des situations

[Crowdfunding] Fundovino, même en cas d’échec, la visibilité au rendez-vous