Gagner en autonomie protéique en partant de l’existant

Elevages
Troupeau laitier bio au pâturage

Il est économiquement plus performant d’améliorer l’autonomie protéique par les fourrages que par la voie concentrés.

17/04/2018 - 18:37

Des outils existent pour diagnostiquer l’autonomie protéique des élevages et ouvrir la voie à son amélioration. Un atelier du prochain Mécaélevage se consacre à cette question, le 14 juin à la Séguinière (49), avec des témoignages d’éleveurs et une présentation de l’outil Devautop.

Partagez cet article: Gagner en autonomie protéique en partant de l’existant

Acheter moins de tourteaux, c’est possible? Oui, mais cela implique d’actionner d’autres leviers. Le principal moyen de compensation est de réduire la part d’ensilage de maïs plante entière dans la ration, pour augmenter la part de fourrages plus riches en MAT.

Révolutionner tout son système, sa logique… est une possibilité. Plus raisonnablement, il existe tout de même des moyens de valoriser davantage des fourrages riches en protéines cultivés sur l’exploitation, préalables à la réduction des achats de concentrés azotés. «On peut apprendre à améliorer son autonomie tout en faisant avec l’existant», résument les organisateurs de l’atelier dédié à la question de l’autonomie, lors du prochain MécaElevage.

De 56 à 91% d’autonomie protéique moyenne selon les systèmes

Pour faciliter la tâche et encadrer la réflexion, les éleveurs peuvent avoir accès à des outils de diagnostic. Dans les Pays de la Loire, la chambre d’agriculture a travaillé avec Seenovia, l’Idèle et le réseau Civam pour élaborer Devautop. Permettant à la fois un diagnostic rapide de l’autonomie protéique et des simulations de stratégies pour améliorer son autonomie, il est avant tout un outil de sensibilisation grâce auquel chaque élevage peut se positionner par rapport à d’autres producteurs ayant un système fourrager similaire.

Ce classement s’opère selon trois critères: l’autonomie protéique (part de la protéine issue de l’exploitation dans le besoin total en protéine de l’élevage), le lait autonome (volume de lait annuel par vache permis par les protéines produites et valorisées sur l’exploitation), les surfaces mobilisées pour obtenir la MAT nécessaire à l’obtention de 100.000l de lait (intégrant la SFP, les surfaces de cultures intra-consommées et la surface équivalente aux achats d’aliments).

devautop-autonomie-proteique-lait-autonome-des-elevages-laitiers-ligeriens

En fonction des principaux systèmes, lait produit en moyenne grâce aux protéines de l’exploitation par rapport au total (©Chambre d’agriculture Pays de la Loire).

En 2017, 86 diagnostics Devautop ont été réalisés dans des exploitations ligériennes en systèmes bio (0-25% maïs), herbager (<20% maïs), maïs-herbe (20-35% maïs) et maïs dominant (>35% maïs). En moyenne, l’autonomie protéique est de 91% en bio, 72% en herbager, 67% en maïs-herbe et 56% en maïs dominant.

Vincent Fleurance est éleveur en Loire-Atlantique. Il a engagé son atelier dans une démarche d’amélioration de son autonomie protéique. Il souligne aussi l’importance de «la formation en groupe et du travail de mise en commun avec d’autres agriculteurs» pour avancer dans cette voie. D’une consommation de concentrés de 2t par tête, il n’en distribue plus que 1,6t et espère continuer de la réduire. Pour rencontrer des agriculteurs qui ont trouvé des solutions pour améliorer leur autonomie protéique, découvrir les outils accessibles…, un rendez-vous: MécaElevage, le 14 juin, dans le Maine-et-Loire. En complément, un logiciel permettant de mesurer l’impact économique des différents leviers d’amélioration de l’autonomie protéique est en cours d’élaboration et sera disponible début 2019.

A lire aussi:

Un outil pour évaluer son système fourrager

Des outils en cuma pour gagner en autonomie, le toaster

Retrouvez des témoignages vidéo dans le cadre du programme SOS protein

Vincent Brossillon, Maël Giraudeau
Publicité
Simple Share Buttons