[Les bonnes idées de gestion agricole] « EBE – annuités = revenu disponible », une formule trompeuse

L'appréhension économique de l'exploitation est à son image, complexe. Le revenu concerne l'approche économique. Le disponible relève de la trésorerie. Parler de revenu disponible est un abus de langage.

Une exploitation, c'est un(e) paysan(ne) avec ses activités et aussi une entreprise dont la situation sociale, économique et financière nécessite d'être appréciée de façon rigoureuse.

L’EBE – annuité n’est un véritable revenu dans aucun des domaines suivants. Comptable : ce n’est pas le solde du Compte de résultat. Fiscal et social : il n’est jamais déclaré comme tel. Juridique : il n’est jamais réparti entre associés d’une société. Privé : ce n’est pas le montant des prélèvements de l’exploitant. Économique : il est faux.

« EBE – annuités » n’est pas un revenu

Explications à l’aide de deux exemples, sous forme d’hypothèse d’école pour mieux illustrer le propos :

  • Premier cas, l’agriculteur a autofinancé tous ses équipements ; il n’a aucun emprunt. D’où l’équation suivante : EBE – 0 € d’annuités = EBE ; qui serait le revenu ? Faux. Le revenu a été obtenu à l’aide d’équipements et ceux-ci y ont perdu de la valeur. Or, cette dépréciation économique est une charge à déduire, en tant que consommation d’équipements. Même si ce n’est pas une dépense. L’économique ne se réduit pas à la trésorerie !
  • Deuxième cas , l’agriculteur est locataire de tous ses équipements ; il a emprunté pour acheter ses vaches et ses terres. D’où l’équation suivante : EBE – annuités = revenu. Faux. Ce « revenu » est diminué des intérêts mais aussi, et à tort, du capital remboursé. En effet, ce dernier n’est qu’un rendu d’argent emprunté et non une consommation. Donc cela ne peut pas être considéré comme une charge, bien que ce soit une dépense. Cette dépense, c’est du revenu qui, en remboursant l’emprunt, se trouve capitalisé dans les terres et le cheptel.

« EBE – annuités » n’est pas un disponible.

Et pour cause, l’ EBE résulte de produits moins charges et non de recettes moins dépenses. Cette formule n’indique donc pas un montant d’euros en caisse ou en banque, seulement un disponible « théorique ». Ce solde n’a donc rien de concret.

La comptabilité indique le revenu

La comptabilité indique le revenu et dit s’il est suffisant pour rembourser le capital des emprunts, assurer les prélèvements de l’exploitant, et dégager de l’autofinancement, à l’aide de l’équation suivante : Revenu (résultat d’exercice) + Amortissements des équipements – Capital remboursé – Prélèvements = Autofinancement possible. Ce solde a l’avantage d’être complet. Positif, il est la preuve de la viabilité économique de l’exploitation.

Viabilité et efficacité

Incontournable, la viabilité de l’exploitation ne dit cependant rien sur l’efficacité économique et sociale de son système de production. Avant le revenu, le solde valeur ajoutée représente la richesse créée, hors aides. C’est l’indicateur d’efficacité économique le plus pertinent. Ensuite, la valeur ajoutée et les aides sont réparties entre l’outil de production et la main-d’oeuvre. La proportion et le montant de VA + aides attribués à cette dernière, est un indicateur d’efficacité sociale.  


Les conseils des pros de la gestion

Gestion d’exploitation, droits, réglementations, questions juridiques et fiscales… en partenariat avec Cogedis, la rédaction d’Entraid vous propose de nombreux articles sur l’optimisation de la stratégie ou du fonctionnement de votre exploitation, structure ou groupe agricole dans sont dossiers : Les bonnes idées de gestion agricole

Gestion agricole stratégie

Les bonnes idées de gestion agricole.

Entraid Vidéos

Fidélité à une marque de tracteur : qui est le champion ?

La fidélité a un prix…

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

Fidèle à son concessionnaire ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement