Glyphosate : « une défaite pour l’Europe », selon Stéphane Travert

AFP
Hulot et Travert ne s'entendent pas concernant le vote sur le glyphosate ©Xavier Remongin-Min.Agri.Fr

Selon le ministre, le vote est "une défaite pour l'Europe"©Xavier Remongin-Min.Agri.Fr

10/11/2017 - 15:55

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a évoqué "une défaite pour l'Europe" après l'échec du vote sur l'avenir du glyphosate, déclarant qu'il serait "fier" seulement quand l'UE sera d'accord sur un plan de sortie et d'accompagnement pour les agriculteurs.

Partagez cet article: Glyphosate : « une défaite pour l’Europe », selon Stéphane Travert

Les représentants des 28 États membres de l’UE ont échoué jeudi à s’accorder lors d’un vote pour renouveler pour 5 ans la licence de l’herbicide controversé. La question va maintenant passer dans un comité d’appel. « C’est une défaite pour l’Europe car l’Europe n’a pas pu trouver une position », a estimé Stéphane Travert lors de l’émission Public Senat/AFP/Radio Classique/Les Échos sur Public Sénat.

« Je serai heureux et fier lorsque l’Europe aura réussi à se mettre d’accord et lorsque nous serons dans la sortie effective de ce produit et lorsque nous aurons trouvé les moyens d’accompagner les agriculteurs », a-t-il encore indiqué. « La position du gouvernement c’est 4 ans. Mon collègue (Nicolas Hulot, NDLR) a précisé qu’il souhaitait que cela puisse se faire en 3 ans. Mais la question aujourd’hui c’est que la France n’agit pas seule, elle doit aller chercher des alliés », a assuré M. Travert.

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot s’est dit « fier » jeudi que la France ait « tenu bon » face à la nouvelle proposition de la Commission européenne de ré-autoriser le glyphosate pour cinq années supplémentaires, quand Paris souhaite trois ou, à la limite, quatre ans. Pour M. Travert, « la position du gouvernement est claire, c’est trouver les conditions d’une sortie acceptable pour les agriculteurs et faire en sorte qu’on puisse les accompagner dans cette sortie ».

« Quand j’avais proposé le 21 septembre dernier une période de 5 ans, ce n’était pas pour porter ensuite un autre renouvellement, mais une période de 5 ans avec un « phasing out », une sortie », a-t-il rappelé.

Les commentaires sont fermés.

Publicité
Simple Share Buttons