L’investissement des cuma garde le rythme

La fédération du Morbihan constate que l’an dernier encore, les cuma de son territoire ont engagé un volume d’investissement conséquent. Et les actualités du moment devraient les aider maintenir un parc de matériels caractérisé par la modernité.

Fenaison, traction, désherbage mécanique, épandages ou ensilages sont autant de domaines où l'investissement est révélateur du dynamisme des groupes morbihannais.

L’investissement cristallise beaucoup d’attentions dans le réseau cuma du Morbihan. L’indicateur donne vite une idée du niveau du service que les agriculteurs développent sur le territoire. «Nous avons quatorze ensileuses qui interviennent dans nos coopératives. Une seule est âgée de plus de trois ans», illustre Christopher Brachet, animateur référent du réseau en la matière. En outre, concernant les investissements 2020 des cuma du Morbihan, les responsables de la fédération départementale saluaient en effet le renouvellement des deux engins de la cuma départementale lors d’une conférence de presse de rentrée le 14 janvier.

6 000 ha/an ensilés par le parc cuma du Morbihan

L’idée initiale était d’offrir une solutions aux cuma qui souhaitent ensiler sans avoir la surface totale qui justifierait un investissement aussi lourd, et ainsi initier ou relancer une dynamique sur leur territoire. «L’Udcuma, c’est aussi un moyen de disposer d’une seconde machine pour qu’un groupe puisse assurer, en une seule journée, des chantiers grand format.» Les responsables de cuma commencent à recevoir des demandes en ce sens. «De 7 à 70 ha, les cuma sont donc capables de répondre à la demande», sourit Alain Louis. Le président de l’Udcuma 56 insiste sur un point: «c’est ma dernière année à ce poste». Et s’il a prolongé son engagement pour un an de plus, afin qu’une transition sereine puisse mûrir, il se montre confiant quant à la réussite de ce projet. La relève dans le réseau, sans être pléthorique, existe.

Investissements 2020 des cuma du Morbihan : 200 ch en moyenne pour les nouveaux tracteurs

2020 s’achève sur un total légèrement inférieur à 9 M€ d’investissement par les cuma morbihannaises. L’animateur entame une liste: «quinze tracteurs, avec une puissance moyenne de 200 ch. Nous avons aussi pas mal de tonnes à lisier avec des équipements qui anticipent les normes à venir», tandis que les outils de désherbage mécanique continuent de gagner du terrain. Et il y a la fenaison. La modernisation du parc de faucheuses et andaineurs se caractérise par un développement des solutions ‘grande largeur’.

investissements 2020 des cuma du Morbihan

Cédric Le Floch (2ème en partant de la gauche) préside la fédération des cuma du Morbihan. A sa gauche, Alain Louis, président de l’Udcuma56 se prépare pour sa part à transmettre le flambeau de la cuma départementale.

En cela, Julie Kerleau (animatrice de la la Fdcuma 56) souligne que les dispositifs régionaux de soutien des dernières années ont portés leurs fruits. Aujourd’hui, deux volets du plan de relance national intéressent particulièrement les cuma: «l’aide aux investissements pour la réduction des intrants et celle pour les équipements nécessaires aux cultures riches en protéines.»

Une dynamique à entretenir sur l’herbe

A ce jour, le guichet de dépôt des demandes pour le second n’a été ouvert que quelques heures. Offre victime de son succès ? Bug technique ? Devant le flou que jette cette difficulté que les candidats rencontrent (plus d’informations à venir), «il ne faudrait pas casser la dynamique d’investissements dans ce domaine de la récolte de l’herbe», avertit Cédric le Floch, président de la fédération du Morbihan, sans pour le moment croire qu’un tel scénario malheureux s’avère. En conclusion de leur intervention, les représentants annoncent les grandes lignes des événements de l’année qui s’ouvre. Entre les démonstrations ou l’AG, fixée au 18 juin, les réunions de secteur sont le prochain rendez-vous des cuma. Elles sont maintenues le 2 février à Naizin et le 4 février à Elven«Nous aurons beaucoup de sujets à présenter aux cuma participantes», prévient le président qui leur réserve une bonne nouvelle, notamment en matière d’opportunité d’investissement.

 

A lire également :

Les clés pour réussir un investissement collectif

Parts de marché tracteur en cuma 2020 : nos premières estimations

Marché français des agroéquipements 2020 : une année à relativiser

Entraid Vidéos

Fidélité à une marque de tracteur : qui est le champion ?

La fidélité a un prix…

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

Fidèle à son concessionnaire ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement