La section Loir-et-Cher en ordre de marche

Le réseau cuma du Loir-et-Cher, désormais partie prenante de la frcuma Centre – Val de Loire, a tenu assemblée de section le 30 mars, à Maves.

Investissements, DiNA, PCAE, financements… : la section Loir-et-Cher de la frcuma Centre - Val de Loire, réunie en assemblée générale le 30 mars à Maves, a fait un tour complet de l’actualité.

L’équipe administrative au service des cuma du Loir-et-Cher a été récemment remaniée. Christelle Blanchard est arrivée en mars 2018. Et quelques mois plus tôt, suite au départ de Floriane Sarry, c’est Anthony Chambrin-Salvador, qui a pris ses fonctions d’animateur. Celui-ci a relaté, dans le rapport d’activité présenté à l’assemblée, ses premiers mois de travail au sein de la structure fédérative qui réunit 78 cuma cotisantes dans le département. Il est revenu notamment sur sa participation au 1er trimestre 2018 à 22 assemblées générales dont 5 ordinaires, 4 assemblées de dissolution, 2 constitutives et 11 extraordinaires, consacrées à la mise en harmonie des statuts. L’instruction de 5 dossiers de cuma PCAE a mobilisé également beaucoup d’énergie.

«scoring» pour les dossiers PCAE

Le dispositif n’est pas exempt en effet de lourdeur administrative puisque les dossiers de demande d’aides s’intègrent dans un dispositif cadencé d’appels à projets. L’éligibilité de chaque dossier est évaluée selon un nombre de points (seuil minimal supérieur à 100), calculé en fonction des critères jugés favorables par les financeurs (agence de l’Eau, Etat, conseil régional, plus le Feader):  présence de jeunes agriculteurs, investissements favorables à la réduction des phytos et à la biodiversité, hangar de cuma (DiNA), baisse d’intrants, matériels d’élevage, matériels spécifiques… Exemple: majoration du taux d’aide de 10% sur les investissements favorables à la baisse d’intrants, soit 45% d’aide. Parmi les projets que suit la fédération de cuma, citons aussi la réflexion de la cuma des Vignerons réunis, à Huisseau-sur-Cosson, sur un projet hangar de 750 m2 et l’accompagnement de nouveaux groupes sur la production de noix.

Bilan des prêts cuma

Le Crédit agricole Val de France qui est fréquemment sollicité pour financer les projets des cuma, a comptabilisé en 2017, 78demandes de prêts Agilor pour les cuma du Loir-et-Cher et de l’Eure-et-Loir (environ les deux tiers pour le Loir-et-Cher), représentant 2,3millions d’€ de prêts. Soit un montant de prêt moyen de 29.500€. Pour conclure cette assemblée, présidée par Nicolas Gendrier qui est aussi le président de la fédération régionale, Séverine Rameau de la banque verte a présenté la formule du crédit-bail alternative au prêt classique.

Entraid Vidéos

Epandage de précision: difficile en zone de montagne

Semis direct: 14 outils comparés dans la Somme

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement