Un mélange tip-top

Un raisonnement préalable de l’équipement puis des précautions simples à respecter lors de la distribution permettent à l’éleveur d’obtenir une ration convenablement mélangée. Observations de Mickaël Sergent, nutritionniste au Clasel.

La vache est une spécialiste du tri collectif. Respecter l’ordre de chargement, c’est garantir l’homogénéité du mélange.

En amont, comment concevoir un bon mélange de la ration sur l’exploitation ?

Mickaël Sergent, nutritionniste au Clasel, organisme de conseils et de services en élevage sur la Mayenne t la Sarthe.

Mickaël Sergent, nutritionniste au Clasel, organisme de conseils et de services en élevage sur la Mayenne et la Sarthe.

D’abord en choisissant une mélangeuse ajustée aux besoins, ni trop petite, ni trop grosse. En production laitière, on compte souvent un volume d’1 m³ de mélangeuse pour 5 à 6 vaches laitières.  On trouve aujourd’hui beaucoup de mélangeuses à vis verticales. C’est un bon compromis pour des rations à dominante ensilage. Elles évitent une compression trop importante des ingrédients.
L’éleveur doit définir en parallèle un circuit de distribution fonctionnel, tout en s’assurant que la machine puisse accéder sans difficultés aux bâtiments (poids, sol, gabarit, hauteur). Enfin, dès l’ensilage, il est nécessaire, en présence d’une mélangeuse, d’augmenter la longueur des brins. Par exemple pour l’ensilage maïs, passer d’une longueur de coupe de 12-14 mmm à 16-18 mm.

Quel ordre de chargement des ingrédients ? 

  • 1) Commencer par charger les fibres longues, telles que la paille (blé, colza, …) et le foin. Ces matières demandent plus de temps dans la mélangeuse pour être coupées à la longueur souhaitée (4 à 7 cm  max).
  • 2) Enchaîner par les concentrés et les ingrédients fins (correcteur azoté, céréales) qui vont redonner du poids au mélange.
  • 3) Charger ensuite l’ensilage d’herbe ou l’enrubannage.
  • 4) Poursuivre avec les betteraves ou autres ingrédients humides.
    Attention : ne pas oublier d’escamoter les contre-couteaux avant d’intégrer l’ensilage maïs.
  • 5) Clore par l’ensilage maïs puisque cet élément est celui qui se mélange le plus rapidement.
  • 6) Terminer, pour les éleveurs qui en utilisent, par l’aliment liquide tel que la mélasse, qui a un rôle de liant sur la ration.

Quelles sont les principales erreurs à éviter et les conseils à suivre ?

  • Ne pas respecter l’ordre de chargement. En cause : un circuit de distribution ou un agencement des silos et des bâtiments mal pensé au départ.
  • Sur-charger ou sous-charger la mélangeuse. Idéalement, celle-ci doit être chargée à 80% de son volume.
  • Négliger l’entretien des couteaux ou leur remplacement. Ceux-ci doivent toujours garder le profil dentelé du « couteau à pain ».
  • Vérifier régulièrement le bon étalonnage des pesons pour éviter les variations malencontreuses de poids.
  • Mettre à jour quotidiennement les effectifs d’animaux à nourrir pour calculer au plus juste la ration (sinon il y a risque de sous-alimentation ou de gaspillage).
  • Bien transmettre les consignes de distribution à l’associé ou au salarié. C’est à l’éleveur de bien préciser sa demande (quantité d’ingrédients, degré de finesse…).
  • Effectuer une vidange complète de la machine avant de passer au lot suivant (sinon il y a des risques de complications alimentaires pour les animaux suivants).

Conseil de distribution

Pour accélérer le chargement quotidien, on peut préparer quelques jours avant, un prémix avec les bottes entières de foin ou de paille qu’on chargera une première fois dans la mélangeuse (auxquelles on peut rajouter les concentrés), en laissant tourner celle-ci le temps nécessaire avant de vider le contenu sur un endroit sec.
Au tas, il faut s’efforcer de parvenir à un front d’attaque net. Plutôt avancer régulièrement sur toute la largeur du silo de manière à éviter les problèmes d’échauffement en périodes chaudes.
A l’auge, en cas de double ration (exemple : le week-end), il est possible d’ajouter des conservateurs de type acide propionique pour éviter que la ration ne chauffe.

Entraid Vidéos

Quand l’azote se volatilise, les euros aussi s’envolent !

Un robot qui récolte l’herbe et la distribue

Prestation et qualité dans le sillage de l’automoteur

2.000 € d’économies de litière

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement