Naïo Technologies, les magiciens d’Oz

Le national
Gaëtan Severac, co-fondateur de Naïo Technologies.

Gaëtan Séverac, co-fondateur de Naïo Technologies, nous explique comment ses robots répondent aux attentes des agriculteurs.

03/11/2016 - 11:05

Gaëtan Séverac est docteur en informatique et systèmes embarqués. Il est co-fondateur en 2011 avec Aymeric Barthes de Naïo Technologies à Toulouse. Son projet: développer une agriculture plus saine, plus productive et plus respectueuse de l’environnement , en s’appuyant sur les nouvelles technologies.

Partagez cet article: Naïo Technologies, les magiciens d’Oz

Vous n’avez plus à choisir entre désherber et commercialiser», commente une productrice de légumes. Les maraîchers en rêvaient, les ingénieurs de Naïo Technologies l’ont réalisé. Oz, un petit robot quatre roues guidé par laser, désherbe et bine les cultures. C’est aussi un outil d’aide à la récolte qui peut transporter jusqu’à 90 kilos de fruits ou de légumes. Avec Dino, Naïo travaille également sur un robot enjambeur pour le désherbage mécanique des légumes en planche, qui intervient au plus près des plants sans les abîmer. Le nombre de rangs à désherber est programmable, avec une fonction d’alerte SMS en fin de parcours. Il dispose de huit heures d’autonomie.

Gaëtan Severac

Gaëtan Severac, co-fondateur de Naïo Technologies.

Ils arrivent… les robots

Créée en 2011 et basée à Toulouse, la société Naïo Technologies emploie 17 salariés et a une cinquantaine de clients dans le secteur du maraîchage. «L’enjeu est aujourd’hui de se développer dans la vigne et d’améliorer nos performances», explique Gaëtan Séverac, co-fondateur avec Aymeric Barthes de Naïo Technologies, un projet collaboratif co-financé par la Région Midi-Pyrénées avec l’IFV et le LAAS-CNRS, laboratoire de recherche en robotique de Toulouse.

Robot-Dino

Naïo Technologies travaille actuellement sur Dino, un robot enjambeur pour le désherbage mécanique des légumes en planches.

L’intérêt des agriculteurs est là, et des marchés émergent à l’export. Naïo Technologies commence à exporter ses robots en Belgique et au Danemark. «Ce n’est que le début. Car il y a des attentes très fortes pour diminuer la pénibilité de certaines tâches.» Mais ce n’est pas le seul aspect. Il s’agit aussi d’améliorer les techniques de production et de diminuer l’impact environnemental de certaines pratiques en équipant les robots de capteurs qui vont permettre d’intervenir à bon escient. Dans le même esprit, Naïo Technologies a développé un M.Météo qui permet de connaître à distance la température et l’humidité dans des serres avec des informations transmises par SMS qui signalent aussi par exemple les coupures de courant.

La PME toulousaine a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 350.000 euros et compte le doubler cette année.


Tous nos articles traitant de la robotique agricole sont à retrouver dans notre dossier spécial en cliquant sur l’image.

dossier-robotique

Cliquez sur l’image pour accéder aux articles.

Si vous souhaitez recevoir le magazine Entraid, abonnez-vous.


 

Publicité
Simple Share Buttons