Moissonneuse-batteuse en cuma: des prix d’achat du simple au triple

Les cuma achètent-elles leur moissonneuse-batteuse neuve ou d'occasion? A quels prix? Comment sont raisonnés les achats? Les réponses chiffrées en se basant sur les cuma du Grand Est.

Tous les chiffres-clefs des achats de moissonneuse-batteuse en cuma dans le Grand Est.

Tout d’abord, le paysage agricole est tranché en Grand Est. Il va de zones d’élevage très marquées aux grandes plaines de Champagne. De plus, les assolements et le parcellaire influent sur les choix techniques et stratégiques des achats de moissonneuse-batteuse en cuma. En outre, contrairement à la majeure partie des outils achetés en cuma, le choix du neuf n’est pas une évidence. Sur un parc régional de 116 machines, on constate environ 40% des achats en occasion.

Achats de moissonneuse-batteuse en cuma: d’abord le choix de l’occasion

Ensuite, il y a une grande diversité dans les prix d’achat des moissonneuses-batteuses en cuma. Le tarif d’achat au cheval varie du simple au triple: de 120 à 500€/ch. D’un côté, les cuma en zone d’élevage cherchent une moissonneuse-batteuse moyenne. Une machine capable de préserver la paille et de conception simple. En revanche, d’autres groupes en secteur intermédiaire font plutôt des choix économiques. Ils privilégient les machines de grosses capacités, qui peuvent intervenir vite. Ils tolèrent un risque de panne sans compromettre la qualité de la récolte.

Ces moissonneuses-batteuses de deuxième main ont entre 6 et 9 ans au moment de leur achat. Elles ne présentent pas forcément un risque majeur pour 7 ans de plus, à condition qu’elles n’aient qu’une centaine d’heures à faire chaque été. Globalement l’achat d’une moissonneuse-batteuse d’occasion représente la stratégie majoritaire depuis 3 ans. Sans doute en réaction à la difficulté de regrouper de fortes surfaces pour espérer rentabiliser un achat neuf.

Prix d’achat du neuf: en moyenne 253.570€ HT

Toutefois, certains groupe font le choix du neuf. Un choix qui se fait pour longtemps, avec des machines qui restent dans les cuma. En effet, l’âge moyen dans le Grand Est d’une moissonneuse-batteuse en cuma achetée neuve s’affiche à 7 ans. Et il faudra souvent 9 à 10 ans pour finir de payer les emprunts.

En se basant sur les achats récents des cuma de la région, on constate que le prix d’achat neuf d’une moissonneuse-batteuse en cuma s’affiche en moyenne à 253.570€ HT. Derrière ce tarif, une moissonneuse-batteuse de 424ch (soit 600€/ch) avec une barre de coupe de 7,8m.

Claas leader des achats de moissonneuse-batteuse en cuma

Sans surprise, Claas occupe la première marche du podium des ventes de moissonneuses-batteuses aux cuma. Et ce, en neuf comme en occasion. Légèrement plus chères, mais sans réelles différences techniques avec ses concurrents, elles sont considérées comme une valeur sûre. Cependant, ces trois dernières années New Holland a repris une part de marché importante dans les cuma du Grand Est.

Il faut souligner que les gros projets collectifs ont recours à des modèles de fortes puissance. Avec des budgets de plus de 300.000€. Dans ce cas, la concurrence fait rage. John Deere complète le trio de tête, mais se situe plus en retrait en nombre de ventes.

A lire : Qui a vendu le plus de tracteurs aux cuma en 2020?

Portraits des batteuses des cuma du Grand Est

Avec près de 60% du parc, la région Champagne-Ardenne et notamment l’Aube concentre bon nombre de cuma moisson. On y trouve les puissances les plus élevées qui avoisinent les 400ch en moyenne. Tandis qu’en Lorraine et en Alsace, on constate des puissances de l’ordre de 320ch.

En règle générale, on trouve dans ces zones de grandes plaines des machines de type rotor axial, des coupes assez larges, et un objectif de qualité de grain avant tout. A l’inverse, en zone de polyculture-élevage, le gabarit, le respect de la paille et la polyvalence sont plutôt les arguments mis en avant. A noter, la région Alsace compte moins de cuma moisson. En effet, le maïs grain y est présent et culturellement ce sont les ETA qui sont souvent sollicitées sur ce type de récolte.

Et demain, quelles stratégies?

Enfin, la diversité des assolements s’accroît. Ce qui va induire au sein des cuma de nouvelles questions pour les prochains achats. Notamment au niveau des barres de coupe qui devront faire preuve de polyvalence. Surtout sur la capacité à suivre de terrain (coupe flexible).

achats de moissonneuse-batteuse en cuma

On trouve des machines de type rotor axial dans les zones de grandes plaines du Grand Est.

En résumé, la moisson en cuma séduit les groupes ou la main d’œuvre d’été peut être présente et ou les exploitations regroupent des surfaces importantes. Les petites structures partent progressivement vers des solutions prestataires. Alors qu’à l’inverse on commence à voir apparaître des regroupements pouvant dépasser les 1.000 à 1.200 ha/an, avec des chantiers organisés à 2 moissonneuses de fortes puissances. Ces solutions doivent comporter une réelle réflexion sur la question des transports au champ et sur route.

On peut ainsi voir apparaître des transbordeurs spécifiques pour rendre le plus efficace possible des chantiers ou le moindre arrêt n’est plus vraiment tolérable. L’aspect risque de panne va aussi peser dans le recours à la grosse machine. Et la discussion sur le partage du risque par une banque d’humidité peut parfois rassurer.

À lire concernant les achats de matériels agricoles:

Bon marché il y a 15 ans, le prix des bineuses atteint des sommets!

Herse étrille en cuma: des prix d’achat de 1.100 à 2.300€/m.

Combien de bottes par an pour rentabiliser une presse à haute densité?

Entraid Vidéos

Combien coûte un semoir pour le semis direct?

Quels sont les épandeurs préférés des cuma?

Combien coûte la faucheuse Claas Disco 3150 TC?

Herse étrille en cuma : des prix d’achat de 1.100 à 2.300 €/m

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement