Raccourcisseur: un usage à réguler

Si l’usage du régulateur sur céréales constitue une sécurité vis-à-vis du risque de verse, ce type de produits a un coût. Il a aussi un impact potentiel sur le rendement. Arvalis-Institut du Végétal appelle à bannir l’intervention systématique.

L'usage d'un régulateur ne doit se décider qu'après un diagnostic de la situation de la parcelle.

L’application d’un régulateur de croissance expose les céréales à un risque de perte de rendement significative. En faire l’impasse accroit celui de rencontrer un phénomène de verse. Ce dernier a un impact tout aussi significatif sur le rendement, et sur la qualité de la récolte. De surcroît la verse sera d’autant plus préjudiciable qu’elle interviendra de manière précoce.

Régulateur de croissance: une décision à prendre en cas de risque avéré

La verse induit des baisses de PS et du temps de chute de Hagberg. Ainsi, le recours à un régulateur de croissance pour ses céréales est une décision que l’agriculteur doit prendre lorsque le risque est avéré. Arvalis-Institut du Végétal a mis à jour une grille de calcul du risque de vers sur blé tendre ces dernières semaines. Dans la continuité, l’institut envoie des messages rassurants dans plusieurs régions. Exemple en Ouest Occitanie où «le risque de verse est à un niveau modéré dans la majorité des parcelles.» En Bretagne, le même message précise que «les conditions climatiques sont défavorables à la verse cette année.»

Attention toutefois aux variétés très sensibles

En effet, le climat est un des paramètres qui influencent le risque, au même titre que certains facteurs directement liés aux pratiques culturales. Les experts pointent la sensibilité variétale en premier lieu. Les densités de semis ainsi qu’une fertilisation azotée excessives viennent ensuite. Le fractionnement en trois apports de l’engrais azoté (avec 40kg/ha d’azote au premier apport) limite sensiblement le risque, à l’inverse d’une densité des tiges élevée. La décision doit donc se faire au terme d’un diagnostic, indispensable, basé sur l’ensemble de ces paramètres.

Le tallage important allonge la hauteur et donc il augmente le risque

Un régulateur est d’autant plus efficace que la culture est en bon état. Les conditions climatiques jouent aussi. L’idéal à rechercher sont des températures douces, sans grandes amplitudes thermiques, une bonne luminosité et une humidité relative de l’air supérieure à 60%. Ceci le jour de l’application, mais aussi durant les 3 à 5 jours suivants.

A lire également:

Les engrais de ferme réduisent le coût de production du maïs.

Les chenilles permettent-elles d’empêcher le tassement des sols? (Vidéo).

Valorisation des couverts végétaux: récolter ou enfouir? (Vidéo).

Entraid Vidéos

Une cuma pour changer de modèle

La viticulture imagine la gestion durable de ses sols

Vague de gel dévastatrice dans les cultures

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement