[Salon aux Champs 2017] Moins il y a d’herbe, plus c’est cher

Le national
Vache et production laitière : quel est son coût alimentaire. Ce qui est certain est que plus il y a d'herbe moins le coût est important.

Au pôle fourrages et animaux du Salon aux Champs 2017, regarder et analyser le coût alimentaire des ateliers bovins sera un des sujets importants. Une première règle à retenir en Normandie : plus il y a d'herbe, moins c'est cher.

04/08/2017 - 15:22

Ce qui coûte le plus en production laitière, c’est l’alimentation. Vient ensuite la mécanisation. Principaux enseignements d’une étude menée en Normandie.

Partagez cet article: [Salon aux Champs 2017] Moins il y a d’herbe, plus c’est cher

Le coût de production moyen de l’atelier laitier est de 494 €/1 000 l, selon une étude menée sur 269 exploitations laitières des groupes lait de Normandie. Le prix de revient moyen est de 384 €, avec des marges de progrès importantes.

L’alimentation, premier poste de charges

Représentant 26 % du coût de production : le coût alimentaire. En moyenne, il est de 127 €/1 000 l. On observe des variations importantes, surtout en fonction des systèmes. Quand la moyenne du coût alimentaire des élevages avec moins de 50 % d’herbe dans leur SFP est à 140 €, celle des ateliers ayant au moins 70 % d’herbe est à 114 €.

Coût alimentaire.

Coût alimentaire sur l’élevage moyen des groupes lait de Normandie.

La mécanisation, deuxième poste de charges

Avec 21% du coût de production, les frais de mécanisation représentent en moyenne 104 € pour 1000 litres, dont la moitié sous forme d’amortissements.Le coût du travail, puis les annuités complètent ce palmarès des charges en élevage laitier.

Les principaux postes de charges sur l’élevage laitier moyen sont, par ordre d’importance :

- Le coût alimentaire
- Les frais de mécanisation
- Le travail
- Les annuités


Salon-champs-lisieux-août-2017-SNAC-agriculture-FNcuma-evenement-agriculture-groupe-demonstrations-rencontre-machinisme

A retrouver lors du Salon aux Champs 2017 à Lisieux : cliquez sur l’image pour accéder au dossier.

[Salon aux Champs] Un salarié de cuma, pour quoi faire ?
[Salon aux champs 2017] Des solutions collectives pour les légumineuses
[Salon aux Champs 2017] Le guide du visiteur est disponible au téléchargement
Au sommaire du magazine Entraid juillet-août 2017
Ille-Armor, votre supplément Entraid vient de paraître
Un tracteur pour notre débroussailleuse ? Pas du luxe
[Salon aux Champs 2017] Le ministre y sera
Source Cédric Garnier (CA27).
Publicité
Simple Share Buttons