ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Quoi de neuf au Salon des ETA?

Partager sur

Quoi de neuf au Salon des ETA?

Une marque nouvelle en France pour les combinés de fauche.

La rédaction partage quelques découvertes faites au Salon des ETA. Au menu: machines de récolte, tonne à lisier, débroussailleuse, scalpeur, chenillard, et données de chantier.

Au Salon des ETA 2021, les grandes marques ont présenté leurs dernières nouveautés, déjà médiatisées. Mais d’autres acteurs offraient des découvertes sur des sujets moins connus, qui ont attiré l’œil de la rédaction d’Entraid’. Ainsi, Tanco lance son combiné de fauche Autocut, sur essieu directionnel (photo ci-dessus). Déjà en service en Irlande et Grande-Bretagne, cette machine fera ses premières démonstrations françaises en 2022. Le choix d’un élément arrière semi-porté permet de réduire le poids sur le tracteur et donc de passer avec un modèle plus léger et moins coûteux. Tanco explique d’autre part que ce combiné s’avère plus stable et plus favorable à la visibilité sur la route. Enfin, l’articulation de la partie arrière maintient le recouvrement de la fauche avec le lamier frontal dans les courbes.

Combiné de fauche Tanco au Salon des ETA

L’essieu du combiné est dirigé selon deux modes automatiques ou en manuel.

Vu au Salon des ETA en 2021, en démonstration en 2022

L’essieu, de type directionnel forcé (par tringles) peut se diriger manuellement en cas de manœuvre délicate. Il réagit différemment au travail et au transport. Largeur de travail: 8 ,90 (M9.c) et 9,80m (M10.c), lamier Comer renforcé avec protection de la transmission par cisaillement de l’axe des disques, conditionneur à fléaux acier. Le lamier avant bénéficie quant à lui d’une conception particulière. Il possède son propre vérin de relevage pour les manœuvres, le relevage avant du tracteur restant fixe. Il dispose d’autre part d’une articulation sur glissière qui lui confère un mouvement d’oscillation pour suivre précisément le sol.

Une tonne sans compresseur

Le constructeur allemand de tonnes à lisier Kumm débarque en France avec sa gamme KTR. Elle se distingue par le choix de pompes à lobes pour le remplissage et a vidange, couplées à une cuve sans mise en pression. Un broyeur en entrée évite les risques de colmatage. Capacité à partir de 16m3, suspension d’essieux pneumatique, DPAE en standard. Kumm propose un grand choix d’équipements arrières: enfouisseur à dents et à disques, rampes à pendillards et à patins. Ce constructeur produit aussi des citernes de transfert de lisier pour tracteurs agricoles et pour camions.

tonne à lisier Kumm au salon des ETA

Un poids à vide réduit, annonce le constructeur.

Entretenir sa débroussailleuse

Sepamac distribue un grand choix de pièces pour l’entretien et la réparation des débroussailleuses à bras. Par exemple: marteaux, rouleaux palpeurs, moteurs hydrauliques, cartes électroniques, roulements, filtres,etc. L’entretien effectue également des travaux de rénovation, équilibrage de rotor ou affutage de lames de scie des lamiers.

pièces d'usure de débroussailleuse Sepamac

Une offre alternative pour les pièces de débroussailleuses.

Réduire la charge en adventices

Case IH propose en option sur ses Axial Flow un destructeur de graines d’adventices SCU de chez Redekop. Installé en sortie de grilles, il a pour but de malmener la menue paille de sorte que les semences se trouvant dedans soient incapables de germer. La matière se dirige ensuite vers le broyeur ou vers l’andain. Le SCU se débraye facilement quand son usage n’est pas utile, et coulisse pour accéder à l’entretien des grilles.

destructeur d'adventices Redekop SCU chez Case IH

Le SCU ne broie pas mais multiplie les chocs.

Un porteur à chenilles de 130ch au Salon des ETA 2021

Hubertrack lance une version 130ch de son porteur à chenilles destinés aux interventions sur sol humide. Comme le HT100, ce HT130 peut recevoir un broyeur frontal associé à une benne récupératrice.

chenillard Hubertrack au Salon des ETA

A droite, le nouveau 130 ch.

Agrowin perfectionne

Agrowin apporte des compléments à ses matériels. Le strip-till rotatif Rotawin peut désormais s’associer à un semoir monograine existant. Les éléments semeurs Agrowin gagnent quant à eux en qualité de mise en terre (ouverture du sillon, suivi du relief…). Ils se présentent d’autre part en version simple comme double rang. Le scalpeur Scalpwin reçoit quant à lui de nouvelles options pour élargir ses possibilités et semer en un seul passage, de la prairie jusqu’au maïs.

Agrowin semis maïs monograine Rotawin

La nouvelle ligne de semis du Rotawin.

Relevés de chantiers automatiques

Ortix a développé un système d’enregistrement automatisé des données de chantier, appelé Scopix. Il associe un petit boîtier de format smartphone et des tags à disposer sur les matériels. Un menu pré-rempli aide à enregistrer rapidement les interventions culturales. Conçu au départ pour les agriculteurs, il s’adapte aujourd’hui aux travaux réalisés par des chauffeurs d’ETA. Bientôt pour les cuma?

suivi de chantier Scopix

A droite, le module de saisie de la taille d’un smartphone, et à gauche la balise bluetoth identifiant le matériel.

Mesurer le rendement des tubercules

Case IH commercialise un dispositif de mesure du rendement sur les récolteuses avec tapis convoyeur. Celles utilisées par exemples pour les betteraves, pommes de terre ou carottes. Appelé YieldXact, il s’adapte sur toutes les marques.

Case IH mesure du rendement YieldXact

Une extension de l’univers numérique de Case IH.

À lire en complément: