Tendances de développement des robots agricoles

Nouveautés Machinisme Agricole
robots agricoles grandes cultures Fira 2018 agriculture

Ce robot dispose d’un relevage 3 points pour atteler n’importe outil. Plus besoin de tracteur. A suivre sur entraid.com.

24/12/2018 - 12:00

Plus de 11000 robots sont utilisés dans le secteur agricole, dont environ 8000 robots de traite et une petite centaine en maraîchage pour le désherbage mécanique. Les matériels destinés aux grandes cultures sont aujourd’hui des prototypes.

Partagez cet article: Tendances de développement des robots agricoles

Le développement de la robotique dans le secteur agricole et surtout dans le secteur des grandes cultures s’accélère. En France comme ailleurs. Après avoir passé deux journées à suivre les conférences, etinterventions des acteurs du robot agricole au FIRA 2018, on constate bien évidement que la recherche et le développement sont mondiales : Australie, Etats Unis, Japon, Chine, France, Allemagne… Plus de 57 projets sont actuellement en cours d’étude dans le monde entier. De la start up au centre de recherche en passant par les industriels déjà bien installés.

57 projets identifiés

Au Japon par exemple, le gouvernement a lancé en 2017 une politique d’accompagnement du développement de la robotique, pour anticiper une baisse de 15% de sa population agricole dans les 5 prochaines années. Contrairement à la France, la réglementation japonaise favorise l’expérimentation et l’utilisation de ce nouveau type d’outil. Les résultats paraissent bluffant, en illustre cette vidéo où quatre tracteurs de faible puissance travaillent de concert sur une même parcelle sans aucun chauffeur.

Tendances

Ce n’est qu’un exemple. En Europe, la recherche et les industriels s’affairent principalement aux développements des capteurs et des logiciels qui identifient les adventices pour une meilleure gestion du désherbage en plein champs.

Aujourd’hui, rendre un véhicule autonome paraît facilement réalisable. On distingue quelques tendances de développement :

  • Les projets visant à rendre autonome des machines existantes, comme les tracteurs, où le but principal est de réaliser des tâches simples: travail du sol, semis, traitement, etc. Ils peuvent travailler en mode autonome ou suivre un tracteur de tête en mode tracteur esclave. Exemples avec Case IH, Kubota ou encore New Holland.
  • Des robots de petites tailles, très spécialisés, destinés à des taches bien spécifiques comme le désherbage mécanique. Exemples avec Naio Technologies, Vitibot, Vitirover, etc.
  • Des robots porte-outils sur lesquels on vient atteler, via un relevage arrière de tracteur, les outils que l’on utilise sur son tracteur. Exemples avec Agreenculture, Agrointelli, etc.

Dans quelques années, il est certain que la législation évoluera et que les technologies seront en phase de commercialisation. En attendant, en France, c’est toute une filière qui doit s’organiser pour accompagner ces évolutions. Mathilde Ceaux, formatrice de la start up Naïo Technologies, explique néanmoins avoir défini le profil type de l’agriculteur utilisateur de robot : un technophile qui dispose de temps pour tester et aménager un environnement adapté au robot. Une personne capable de«penser robot» et de faire évoluer son système.


A lire sur le sujet : ROBOT ET SÉCURITÉ : UN VRAI CHANTIER

ROBOTIQUE AGRICOLE : REPENSER LA MÉCANISATION AGRICOLE

FIRA 2018 : LE RDV DES EXPERTS INTERNATIONAUX DE LA ROBOTIQUE AGRICOLE

Robots : Les cuma connues, reconnues et sans doute attendues

Publicité
Simple Share Buttons