« Tracker » le soleil

Des panneaux photovoltaïques plantés sur des mâts, et suivant le soleil tels des tournesols: ce sont les "trackers", présentés au Space par la société OKWind.

La trajectoire du tracker suit celle du soleil, pour optimiser la production électrique. Objectif: auto-produire une partie de l'électricité consommée sur l'exploitation (©photo OKWind).

Çà et là apparaissent désormais d’impressionnants ensembles photovoltaïques plantés sur un mât, qui semblent guetter le soleil tels des tournesols. Leur fonction? Produire de l’énergie solaire. La société OKWind, basée à Rennes et présente au Space 2019, revendique 380 sites déjà équipés de cette manière en France, et 550 trackers installés en tout.
La conception d’un tracker solaire permet d’augmenter l’énergie produite pour trois raisons. D’abord, un rayonnement optimal au soleil puisque les panneaux sont toujours bien positionnés, ensuite une production bi-face du panneau (la face arrière produit un supplément d’électricité), enfin un surcroît de ventilation par rapport aux panneaux fixes, qui évite les pertes de rendement lors de températures trop élevées. Résultat: selon le constructeur, pour une même surface de panneaux, on peut espérer un rendement supérieur de 70%.



+ 70 % de production

Comparé à une installation fixe de puissance équivalente, ce système sera probablement plus coûteux. Pour un tracker de 117m2 (11m de haut) produisant environ, selon les chiffres d’OKWind, 40000kWh par an, compter un coût de 52000€. Ce qui correspond à l’achat du matériel et à son installation, y compris le génie civil. Le premier modèle démarre à 75m2. Cet investissement peut se rentabiliser pour les exploitations d’élevage grosses consommatrices d’électricité, argumente le constructeur.

Cela peut être des exploitations laitières avec deux robots, de grandes maternités porcines ou étables de veaux de boucherie. Des agriculteurs-méthaniseurs pourraient être aussi intéressés par ce gisement d’énergie. Le tracker va permettre d’atteindre rapidement sur la ferme 30 à 45% d’autonomie, grâce à la consommation directe de l’énergie produite. D’après les vendeurs rencontrés au Space, le retour sur investissement peut s’opérer dès 9-10 ans.

Face aux tendances haussières des coûts d’électricité, l’auto-producteur d’électricité a l’avantage, avec ce système, de connaître à l’avance son coût du kWh. Question sécurité, ces installations imposantes qui défient le ciel, peuvent inquiéter. Mais le constructeur se veut rassurant: dès que le vent se déchaîne, le tracker solaire se met automatiquement à plat…


A lire aussi :

« Oui mais » aux centrales photovoltaïques dans les champs

Palmarès du Sitevi: l’or pour Sun Agri 

Loger le matériel et produire de l’électricité

Entraid Vidéos

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

A la ferme aquaponique, entre les légumes et les poissons, le courant passe

Presser la paille de maïs demande des précautions

S’équiper pour du lait en direct

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement