Un nouveau défi pour le sol en cuma

Le retour d'un semoir performant sur le territoire ouvre des perspectives aux adhérents qui pourront réaliser tous leurs semis, dans diverses conditions, y compris sous couvert.

Vue d’ensemble sur le semoir avec la rampe de semis et l’accès à la trémie.

Au nord de l’Ille-et- Vilaine, à Saint-Marc-sur-Couesnon, un matin d’octobre, on entend ronronner les tracteurs dans les repousses de colza. Une démonstration de semis direct de blé sous couvert au sein de la cuma Défisol, groupe fraîchement créé. Le semoir Unidrill de la cuma locale ayant été vendu, il a fallu lancer la réflexion en vue d’un nouvel investissement.

Tous initiés à la technique

Pierre Aussant et Jean-François Vallée, aujourd’hui respectivement président et trésorier, ont œuvré ensemble pour informer les agriculteurs locaux sur la motivation de revoir un jour un semoir spécialisé sur le secteur. «Nous recherchions un semoir semis direct pur et capable de semer dans des couverts», informe Jean-François Vallée.

Il identifie : « La force de notre groupe est que nous sommes tous initiés à la technique. » Leur choix s’est porté sur le semoir GD6000T du constructeur britannique Weaving. Ce semoir de 6 m est d’une conception simple, avec un élément semeur bien particulier : composé de deux disques inclinés pour une meilleure pénétration, il est monté sur pivot. «Grâce à ce pivot, on n’observe pas de ripage et le semoir est moins tirant, avec un bon alignement du semis», commentent Pierre et Jean-François.

La rampe de semis est derrière la trémie et non dessous. Il y a donc une très bonne accessibilité au doseur, pour les pesées ou la vidange. De plus, la trémie n’étant pas haute, le chargement peut se faire au chargeur, sans nécessité d’avoir un télescopique. Dernière particularité de ce semoir, le train routier est équipé en pneumatique de 800, avec un essieu capable de s’élargir afin de ne pas rester dans les passages du tracteur.

disques-inclinés-weaving-travail-sol-spe-dep-ille-armor-2017-juillet

Les disques sont inclinés pour une meilleure pénétration dans le sol.

Vers un démarrage à 400 hectares

Aujourd’hui, le groupe est composé de 9 adhérents. « Le semoir va faire tous types de semis : céréales, colza, protéagineux, couvert, maïs… » et aussi beaucoup de sur-semis de prairies. «Pour ça, le disque incliné est aussi intéressant, pour un sillon bien refermé», rajoute Pierre Aussant. Concernant l’activité, pas de surfaces annoncées mais les responsables sont unanimes : « Sur plusieurs années, on espère avoir les surfaces nécessaires, pour mener le projet à son terme. » Cela dit, la première année devrait dépasser les 400 ha.

Le semoir en bref

  • 6 m
  • 1 trémie de 3800 l
  • Elément double disques sur pivot
  • Réglage densité sur le boîtier Isobus
  • Réglage profondeur par axe au niveau des roues de rappui
  • Distribution électrique
  • Centrale hydraulique
  • Besoin en puissance : 110 ch minimum

Deux ans de réflexion

  • 2015 : Démonstration de semoir.Réflexion autour du groupe et de l’investissement : quelle cuma investit ? Co-propriété ? Création de cuma ?
  • 2016 : Création de la cuma Défisol. Démonstration de semoirs. Choix de l’investissement, engagement des adhérents.
  • 2017 : Mise en route du semoir et lancement des activités.

Votre supplément Entraid spécial Ille Armor paru en juillet 2017.

Retrouvez l’intégralité de votre supplément Ille Armor paru en juillet 2017. Cliquez sur l’image.

Entraid Vidéos

Semis direct: 14 outils comparés dans la Somme

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement