ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Résilients au changement climatique

Partager sur

Résilients au changement climatique

La création de retenues pour stocker l’eau fait partie des réponses envisagées pour faire face au changement climatique en cours. Cela n’exclut pas toutefois le besoin de reconcevoir globalement les systèmes d’exploitation les plus à risques.

L’ordre de mobilisation a sonné pour sauver l’agriculture de la menace climatique. Le Ministère de l’agriculture a livré le 1er février ses conclusions du Varenne de l’eau.

En matière de changement climatique, les chiffres sont implacables. A terme le débit moyen annuel des cours d’eau vont diminuer de 10 à 40% prévoient les scientifiques. On redoute aussi les excès d’eau produisant du stress, tout aussi pénalisant pour les cultures. Dans le Limousin et en Auvergne par exemple, le manque d’eau en été nécessitera de faire des réserves de fourrage plus importantes. Les vignerons ne seront pas épargnés non plus. D’ores et déjà, la date des vendanges est avancée en moyenne de deux semaines depuis 1980.

Des outils, des savoir-faire et de la sobriété

Toutes les parties prenantes du défi agro-climatique se sont réunies de mai à janvier dans le cadre du «Varenne de l’eau» (en référence au nom de la rue du Ministère de l’agriculture). L’accent a été mis en particulier sur le besoin de résilience de l’agriculture. Cela peut être l’acquisition d’outils technologiques, robotiques, ou numériques adéquats. Mais aussi, des choix agronomiques pertinents, compatibles avec une utilisation plus sobre et efficiente de l’eau. Ce conclave a accouché de trois séries de mesures.

Premièrement, la mise à disposition d’outils d’anticipation et de protection de l’agriculture, avec notamment la réforme de l’assurance récolte. Aujourd’hui, seules 18% des exploitations souscrivent à une assurance multirisque climatiques. La nouvelle assurance récolte plus incitative, devrait être opérationnelle en 2023.

Deuxièmement, des aides financières à la transition de l’agriculture en matière de pratiques culturales et d’élevage. Dans le secteur de l’irrigation par exemple, les systèmes de goutte à goutte utilisés en viticulture semblent efficaces tout en étant économes en eau.

Troisièmement, l’appui à la mobilisation de la ressource en eau. En particulier avec la création d’infrastructures hydrauliques collectives et l’optimisation des ouvrages existants. Les organisateurs du Varenne de l’eau veulent aussi explorer les économies liées à la réutilisation des eaux usées.

Résilience de l’agriculture: quelques leviers à disposition

Face au stress hydrique et thermique, les agriculteurs ont quelques leviers. D’abord à l’échelle de l’exploitation en préférant les productions végétales les moins à risques. Ensuite, à l’échelle de la parcelle également en déployant des conduites culturales susceptibles de limiter le ruissellement, l’érosion et l’évapotranspiration. Tout en améliorant l’infiltration et l’exploration racinaire. A l’échelle de l’animal cette fois, certains éleveurs revoient l’alimentation du cheptel. Et ils réaménagement les bâtiments pour atténuer la chaleur.

Chaque filière est invitée à finaliser un plan d’action au changement climatique d’ici à 2025. De par son ampleur et son danger sur l’économie des exploitations, le défi agro-climatique oblige à concevoir un mix de solutions.

A lire aussi à propos du changement climatique:

Etes-vous prêts à affronter le changement climatique?

S’adapter au changement climatique sans compromettre sa rentabilité.

Assurés volontaires conte les risques climatiques.