80€ la tonne de carbone séquestrée par les haies

Le 24 novembre, l’association Solenat a détaillé le partenariat souscrit sur 5 ans entre une entreprise mayennaise de distribution de produits d’emballages et des exploitations engagées dans la gestion durable des haies "séquestreuses" de carbone.

Le partenariat présenté par l’association Solenat prévoit une quantité de 45t/an minimum de carbone séquestré par an. Un projet reconnu "Label Bas Carbone" par le Ministère de l'Ecologie.

Il est désormais envisageable pour un agriculteur d’être rémunéré directement pour ses efforts d’entretien et de gestion des haies. Un nouveau marché « carbone » s’amorce en effet, conforté probablement par l’aggravation du défi climatique. Avec la méthode « Carbocage » mise au point par l’ADEME, il est désormais possible d’évaluer le stockage de carbone permis par les haies.

Et cela peut intéresser directement des entreprises soucieuses de compenser leurs émissions de gaz à effet de serre générées par exemple par leurs flottes de véhicules.

C’est le cas précisément de MB Pack, une entreprise mayennaise spécialisée dans la distribution de solutions d’emballages et d’hygiène pour les métiers de bouche. Laurent Lemarchand, l’un des dirigeants, a souligné tout l’intérêt qu’il accorde à la dimension environnementale de l’activité de son entreprise qui réalise un chiffre d’affaire de 23 millions d’euros par an avec 29 collaborateurs. Cela se traduit en acte budgétaire.

Chaque année, MB Pack prévoit en effet de consacrer 0,1% de son chiffre d’affaire annuel (soit près de 25000 €) à la transition écologique. Cet effort de l’entreprise sera principalement consacré au partenariat sur 5 ans noué avec Solenat, dont l’objectif est de séquestrer 45 tonnes par an minimum de carbone (quantité ajustable en fonction des réelles émission gaz à effet de serre).

L’enjeu économique est significatif puisqu’à raison d’un prix de marché de la tonne carbone compensé de 80 €, cela représente, 18000 €.

3 exploitations partantes

L’association Solenat a d’ores et déjà identifié 3 exploitations volontaires prêtes à «s’engager dans un plan de gestion durable des haies, destinée à maximiser sa séquestration de carbone».

Parmi elles, figure le GAEC à trois associés de Christophe Bouvet en Mayenne: une exploitation de 170 ha en élevage de bovins allaitants blondes d’Aquitaine en label rouge, avec une dominante herbe.

La ferme totalise environ 13 km de haies et consacre environ une centaine d’heures à leur entretien. Avec ce partenariat, le retour financier attendu pour l’exploitation représente 1400€/ an sur 5 ans.

Sans compter les autres effets positifs pour l’exploitation et aussi l’environnement, que génère la préservation des haies : lutte contre l’érosion, gestion de l’eau, production de bois d’œuvre ou chauffage, abri des animaux, etc.

À LIRE AUSSI :

Un outil pour maîtriser son bilan carbone 

Payés pour réduire son carbone 

En Bretagne, des vaches « bas carbone » pour ménager la planète 

Entraid Vidéos

La valorisation bocagère en plaquette à l’honneur en Côte d’Or

La haie fournit des planches et de l’amendement

Comment valoriser le bois et les haies bocagères ?

La corvée de bois n’a plus rien d’une corvée

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement